Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

L'éveil des sorcières T. 2. Le secret de Maelys

Nora poursuit son apprentissage magique auprès de Mme Wàn, en compagnie de deux autres élèves sorcières, Rajan et Maelys. Depuis quelques temps, cette dernière a un comportement étrange. Elle est souvent énervée, délaisse les cours de magie, ne réussit plus ses sorts correctement et refuse toute aide. Heureusement, Nora et Rajan ont un plan pour comprendre ce qui se passe. Roman ado.
Cordélia, Scrineo, 231 p.
12.90 €

L'éveil des sorcières T. 1. L'apprentissage de Nora

Après avoir provoqué un tremblement de terre à l'école, Nora réalise qu'elle est une sorcière. Heureusement, Mme Wàn, sa professeure de musique, en est aussi une. Avec deux autres élèves, Maelys et Rajan, Nora peut alors commencer son apprentissage. Quand les jeunes filles découvrent que des garçons du collège jouent à un jeu sexiste, elles se servent de leurs pouvoirs pour leur donner une leçon. Roman ado.
Cordélia, Scrineo, 246 p.
12.90 €

Revue Gaze n° 3

Au sommaire : Partez en tournée avec une bande de catcheuses dans les coulisses de leur spectacle sur les déboires de la maternité ; Découvrez l’actrice et militante Nadège Beausson-Diagne à travers ses objets et histoires intimes ; Embarquez dans le futur avec une nouvelle d’anticipation de Laure Mi Hyun Croset, dans une société où la liberté de parole est totale ; Ecoutez deux « sorcières » s’interroger sur la montée en puissance de cette figure féministe, et le backlash qui pointe : la guérisseuse Judith Vieille et l’astrologue Wu- Tangu ; Découvrez l’édito mode hypnotisant de la photographe Cédrine Scheidig et de la styliste Fatoumata Guirassy ; Partez sur les traces d’Ann Scott, discrète icône lesbienne et écrivaine à la plume acerbe ; Inventez une « éthique de la gaudriole » avec la chroniqueuse féministe Fiona Schmidt ; Entrez au Lusty Lady, le club de peep show où la photographe Cammie Toloui a photographié ses clients...
collectif, bilingue français-anglais, 136 p.
20.00 €

Revue La Déferlante n° 4 : "S'aimer"

Dossier "S'aimer. Pour une libération des sentiments", coordonné par Victoire Tuaillon. Rencontre Christiane Taubira et Alice Diop. Débat : "Faut-il créer un parti féministe ?". BD : "Les Précieuses pas ridicules". Enquête : "Vasectomie, une opératin encore taboue". Histoire : Greenham Common. Entretien : Hannah Gadsby. Récits : Quatre artistes afghanes racontent leur exil en Europe. Et bien d'autres textes et images !
collectif, 160 p.
19.00 €

Au nom des femmes : "Fémonationalisme", les instrumentalisations racistes du féminisme

Cette étude explore l’émergence de discours et de revendications concernant les droits des femmes émanant d’un ensemble improbable de partis politiques nationalistes de droite, de néolibéraux·ales et de théoricien·nes et responsables politiques féministes en France, en Italie et aux Pays-Bas. Pour décrire cette exploitation et cette introduction de thématiques féministes dans leurs campagnes islamophobes et xénophobes, l’autrice a forgé le terme « fémonationalisme ». Ces groupes et ces politiques d’État se servent de l’égalité de genre pour justifier leur rhétorique et leurs politiques racistes.
Sara R. Farris, traduit de l'anglais par July Robert, Syllepse et M Editeur, 270 p.
15.00 €

Je suis en CP - Vol. 30 - La galette des reines

Pour fêter l'Epiphanie, maîtresse Julie et ses élèves préparent des couronnes en papier et partagent une galette des rois. Lou a la fève et choisit Selma pour être sa reine.
Magdalena et Emmanuel Ristord, Flammarion, 40 p.
6.50 €

Braise-moi. Manuel de cultures queer dans la cuisine

Ce manuel est une invitation à s'ouvrir aux cultures queers ou à s'y reconnaître par le biais de la cuisine. Il réunit le verbe, la nourriture et la sexualité, avec humour et légèreté. Le verbe, d'abord, par ses recettes fondées sur des anecdotes littéraires et détournements de la langue : des jeux entre les mets et les mots, qui nomment et font donc exister une culture queer bien vivante. La sexualité, ensuite, envisagée comme un domaine rassembleur et décomplexé. La nourriture, enfin, avec des recettes économiques classées selon les saisons, facilement réalisables et aux penchants végétariens... et aux noms évocateurs.
Emilie Bouvier, photos Anne Bouillot, Hétéroclite, 95 p., relié
29.00 €

Ni dieu ni patron ni mari

Publié à Buenos Aires en 1896, La Voz de la Mujer est le premier journal anarchiste féministe. Dans ses pages, ses rédactrices proposent de fournir aux femmes prolétaires les outils, théoriques et pratiques, nécessaires à leur émancipation. Partisanes de l'amour libre et de la propagande par le fait, elles y expriment leur volonté d'en finir, par tous les moyens, avec l'oppression, qu'elle soit religieuse, capitaliste ou patriarcale.
La Voz de la Mujer, traduction Hélène Finet et Rachel Viné-Krupa, préface Hélène Finet, Nada, 96 p.
8.00 €

On les appelait pétroleuses

Récit de la vie hors du commun de cinq pétroleuses : Nathalie Lemel et Louise Michel, combattantes de la Commune de Paris, Paule Minck, libre penseuse défenseuse de l'égalité en éducation et de l'entrée des femmes dans la vie politique, Elisabeth Dmitrieff, russe féministe et socialiste proche de Marx, et André Léo, romancière dénonçant les codes sociaux emprisonnant la femme.
Xavière Gauthier, Elyzad, 176 p.
15.90 €

Et à la fin, ils meurent : la sale vérité sur les contes de fées

"Quels terribles secrets cachent les contes de fées ? Derrière leur réputation d'histoires un peu naïves, les contes ont des racines sombres et anciennes ! Aujourd'hui édulcorées, les versions originelles osaient le meilleur comme le pire : des princes pas si charmants, Raiponce vendue contre une botte de persil et Cendrillon qui décapite sec sa belle-mère ! En décapant avec humour ces récits d'autrefois, Lou Lubie pose une question d'éthique : violence, sexisme, racisme... Les contes sont-ils encore adaptés à notre époque ?" Notre coup de coeur.
Lou Lubie, Delcourt, 248 p.
24.95 €

Renata n'importe quoi

"L'autrice nous emporte dans le monologue de son héroïne, bonne à tout faire, qui décide un jour de quitter ses patrons pour devenir “une libre”.
Ce sont trois jours et deux nuits d’errance, à marcher dans les rues, s’asseoir sur les bancs, regarder les passants et écouter les oiseaux. La narratrice va se confronter à un monde qu’elle semble découvrir au fur et à mesure qu’elle l’arpente, un monde qui la rejette systématiquement, elle dont la liberté ne peut souffrir aucune entrave. Une seule longue phrase ponctuée de quelques virgules et majuscules judicieuses. Publiée pour la première fois en 1967, cette œuvre résonne aujourd’hui comme un hymne prémonitoire. N’annonce-t-elle pas le vent révolutionnaire qui soufflera bientôt sur un monde corseté dans ses certitudes et empêtré dans sa peur de manquer ou de perdre ses acquis ?"
Catherine Guérard, Les editions du Chemin de fer, 176 p.
18.00 €

Aller au fond, l'été

"Aller au fond, l’été se présente comme un thriller poétique dans lequel les motifs de l'attente et du désir sont subvertis par une violence sourde, étrange et caniculaire. Une errance érotique et amoureuse qui vient poser un regard critique sur un désir masculin hanté par la fétichisation."

Esther, illustrations de Makeda, Le Sabot, 40 p.
8.00 €

Dialogue transatlantique. Perspectives de la pensée féministe noire et des diasporas africaines

Les deux philosophes noires, l'une brésilienne, l'autre française d'origine congolaise, interrogent leurs expériences diasporiques et leur rapport au savoir, au militantisme, aux débats qui traversent les espaces publics de leurs pays respectifs. Elles évoquent ensemble la négritude, le féminisme, l'empowerment et surtout la puissance des intellectuelles noires.
Djamila Ribeiro et Nadia Yala Kisukidi, préface de Maboula Soumahoro, traduit du brésilien par Paula Anacaona, éd. Anacaona, 163 p.
16.00 €

Le temps perdu

Resté inconnu à ce jour, Le Temps perdu est le roman que Proust a voulu publier en 1912-1913. Refusé par plusieurs éditeurs, dont Gallimard, il est imprimé par Grasset, à compte d'auteur. De cette version originelle, Proust a tiré Du côté de chez Swann et À l'ombre des jeunes filles en fleurs. Seul inédit de Proust qui ne soit pas un montage artificiel de manuscrits d'époques différentes, il constitue un texte romanesque abouti, continu et cohérent, mûrement élaboré par l'auteur.
Marcel Proust,édition établie, présentée et annotée par Jean-Marc Quaranta, Bouquins, 1096 p.
30.00 €

Notre sang : discours et prophéties sur la politique sexuelle

"Publié en 1976 aux États-Unis, enrichi en 1981 d’une nouvelle préface, ce recueil rassemble neuf de ses discours. L’autrice,figure de proue du féminisme américain, y aborde des problématiques aussi diverses que l’art, le rapport des filles à leur mère, la chasse aux sorcières, le lesbianisme, la non-violence et l’histoire « amérikaine ». Toutes visent le même objectif : un appel à la sororité afin de galvaniser les femmes dans la lutte contre la domination masculine, jusqu’à son abolition totale."
Andrea Dworkin, traduit de l'américain par Camille Chaplain et Harmony Devillard, Des femmes, 218 p.
14.00 €

Révolution amoureuse : pour en finir avec le mythe de l'amour romantique

"De nombreuses femmes souffrent par amour, en rêvant d'un modèle d'homme qui n'existe pas. Ce mythe de l'amour romantique, qu'on nous présente comme le seul possible, est toxique. Individuellement et collectivement. Alors, le seul moyen de se désintoxiquer, c'est de faire la révolution ! Comment ? En interrogeant nos façons de nous aimer, pour nous libérer des normes, de l'éducation et des représentations qui enferment nos émotions ; en imaginant d'autres relations amoureuses et affectives dans un monde différent, et en osant les faire advenir."
Coral Herrera Gomez, treduit de l'espagnol par Sophie Hofnung, Binge Audio, La collection sur la table, 158 p.
17.00 €

Défaire le discours sexiste dans les médias

« Depuis trois ans, je collecte et décortique des centaines d'exemples d'un discours sexiste dans la presse, à la télévision ou à la radio. Ce sexisme ne dit jamais son nom, mais c'est bien lui qui conduit les rédactions à taire ou à reléguer les violences sexuelles en périphérie des journaux. Lui qui se loge dans le choix d'un mot ou d'une virgule, participant à la culpabilisation des victimes et à la déresponsabilisation des accusés.Comment lutter contre le sexisme quand il est perpétué et amplifié par les médias ? Il est temps d'explorer les fondements de ce discours, pour en défaire les mécanismes et nous en libérer. » Rose Lamy,créatrice du compte Instagram Préparez-vous pour la bagarre.
Rose Lamy, JC Lattès, 300 p.
19.00 €

Les écrits intimes de Patricia Highsmith : journaux & carnets : 1941-1995

Malgré une oeuvre colossale, la romancière américaine Patricia Highsmith est toujours restée discrète sur sa personne. La découverte, après sa mort, de dix-huit journaux intimes et trente-huit carnets de notes cachés dans sa maison suisse est donc un événement sensationnel. Rédigés à la main de 1941 à 1995, en cinq langues pour les garder à l'abri des regards indiscrets, ces écrits personnels contiennent la vie intime, sauvage et poignante de l'autrice, ainsi que des poèmes, des listes de lieux où elle a voyagé et vécu, des romans en cours de rédaction, ses amitiés new-yorkaises (McCullers, Bowles, Capote) et sa méthode de travail.
Patricia Highsmith, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Bernard Turle, édité par Anna von Planta, postface de Joan Schenkar, Calmann-Lévy, 1037 p.
35.00 €