Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Nouvelles questions féministes vol 37 n° 2

Dossier "Intervention féministe" avec des articles de L. Kurtzman et È-M. Lampron "Coconstruire des connaissances féministes: l’exemple du Service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal" ; C. Boulebsol "L’intervention féministe abolitionniste, entre actions et recherches" ; coll. "Violence conjugale et intervention féministe au Québec" ; B. Fisher "Qu’est-ce que la pédagogie féministe ?" ; Z. Rollin et V. Bayer
"Former les travailleuses sociales et les travailleurs sociaux: une intervention féministe"
coll., Antipodes, 160 p.
25.00 €

Travail, genre et sociétés n° 41. Habits de travail

Avec des articles de Louise Jackson "En uniforme et en civil : les policières londoniennes (1919-1959)" ; Thibaut Menoux "L’étoffe d’un concierge" ; Isabel Boni-Le Goff "Des expert·e·s respectables ? Esthétique vestimentaire et production de la confiance" ; Frédérique Matonti "Le vêtement en politique. Représentation, ressemblance et faux pas". Un hommage à Chantal Rogerat. Dossier Controverse : "Penser l'intersectionnalité dans le système scolaire ?"



coll., La Découverte, 256 p.
25.00 €

Revue Le mouvement social n° 265. "L'engagement des femmes des classes populaires en France depuis 1945"

Articles de Geneviève Dermenjian "Femmes dans le mouvement familial(1935-1957)" ; Dominique Loiseau "L’Union des femmes françaises pendant les Trente Glorieuses" ; Lilian Mathieu "La Confédération syndicale des familles" ; Ingrid Hayes et Karel Yon "Ressorts et limites d’une prise de conscience féministe dans les conflits du travail" ; Eve Meuret-Campfort "Le rapport au genre et à la classe de militantes syndicales ouvrières".
dir. Ingrid Hayes et Magali Della Sudda, La Découverte, 136 p.
16.00 €

Les filles peuvent le faire aussi / Les garçons peuvent le faire aussi

Un album recto(filles)-verso (garçons) qui montre bien que toutes les possibilités sont ouvertes indépendamment de si l'on est une fille ou un garçon, illustré de dessins joyeux !
Sophie Gourion, ill. Isabelle Maroger, Gründ, 48 p.
12.95 €

Ne jamais rien lâcher

La star française du football féminin retrace son parcours, émaillé de nombreux combats pour se faire accepter en tant que femme, sportive et homosexuelle : ses débuts sur le terrain, sa carrière en équipe nationale et en ligue professionnelle aux Etats-Unis puis sa reconversion dans le journalisme sportif et sa bataille pour obtenir un congé paternité après la naissance de son fils.


Marinette Pichon, avec la collaboration de Fabien Lévêque, préface de Brigitte Henriques, First, 224 p.
17.95 €

On ne naît pas femme, on le devient

"Simone de Beauvoir disait : « On ne naît pas femme : on le devient. » Puisant dans sa propre expérience et avec un regard sur le monde, Fabienne Brugère décline cette phrase à travers les différents âges de la vie, de la naissance, la jeunesse, l'âge adulte à la vieillesse, en montrant comment la femme est à la fois piégée et cependant en mesure de se libérer. Cette défense d'un féminisme ordinaire cherche non pas à victimiser les femmes mais à expliquer qu'elles peuvent changer leur quotidien et le cours de leur vie. Ce livre est un plaidoyer pour la liberté, écrit par une philosophe engagée, qui travaille aussi sur le droit à l'hospitalité."
Fabienne Brugère, Stock, 172 p.
17.50 €

Herland

Dans un coin reculé de la Terre, une société de femmes vit depuis deux mille ans dans un monde idéal. Elles se reproduisent par parthénogenèse et poursuivent tranquillement leur existence jusqu'au jour où trois Américains arrivent et amènent le désordre. Ecrite en 1915, cette utopie féministe a été publiée pour la première fois en 1979. C'est le roman culte du féminisme américain.


Charlotte Perkins Gilman, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Yolaine Destremau, préface d'Olivier Postel-Vinay, Points
8.40 €

Herland

Trois Américains, intrigués par des légendes locales, découvrent sur une haute montagne un petit pays mystérieux et, à leur grand étonnement, seulement peuplé de femmes. Ils sont les premiers mâles à visiter Herland en près de deux mille ans. Herland est l'une des utopies féministes les plus réussies jamais écrites. Paru en 1915, ce roman de la sociologue Charlotte Perkins Gilman, l'auteure de La Séquestrée, rencontra un grand succès en son temps avant d'être oublié pendant plusieurs dizaines d'années. Redécouvert par la nouvelle génération féministe des années 1960, il ne fut traduit en français qu'en 2016. Un roman culte du féminisme américain à découvrir absolument.
Charlotte Perkins Gilman, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Bernard Hoepffner, préface de Alberto Mangel, Robert-Laffont, coll. Pavillons poche, 277 p.
7.90 €

La boîte noire

Au Japon, porter plainte pour viol est synonyme pour les femmes de véritable suicide social. Une femme a pourtant pris le risque de parler à visage découvert. En 2015, Ito Shiori a 26 ans, elle est journaliste. Un soir, elle rejoint N. Yamaguchi - directeur dans une grande chaîne de télévision et proche du Premier ministre - au restaurant pour parler affaires. Quelques heures plus tard, elle reprend conscience dans une chambre d'hôtel, en train de se faire violer. A ce jour, elle n'a toujours pas obtenu justice.
Shiori Ito, traduit du japonais par Jean-Christophe Helary et Aline Koza, Philippe Picquier, 236 p.
19.50 €

Mes vrais enfants

Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite.Elle se souvient de ses deux vies. Dans l'une de ces existences, elle a épousé Mark, avec qui elle avait partagé une liaison épistolaire et platonique, un homme qui n'a pas tardé à montrer son véritable visage. Dans son autre vie, elle a enchaîné les succès professionnels, a rencontré Béatrice et a vécu heureuse avec cette dernière pendant plusieurs décennies. Dans chacune de ces vies, elle a eu des enfants. Mais lesquels sont ses vrais enfants ? Elle se souvient de deux mondes où l'Histoire a bifurqué en même temps que son histoire personnelle.
Jo Walton,traduit de l'anglais (pays de Galles) par Florence Dolisi, Folio, 430 p.
8.40 €

Nouvelles de prison

Albertine Sarrazin (1937-1967) a connu la gloire avec "La cavale" et "L'astragale" en 1965. D'une vie d'abandon, de délinquance et de prison, éclairée par son amour pour Julien qui la recueille lors de son évasion en 1957, elle parvient à faire une oeuvre littéraire incomparable. Victime d'une erreur médicale, elle meurt à 29 ans, dont huit passés en prison. Ce recueil de nouvelles écrites en prison relate sa vie quotidienne et évoque ses compagnes d’un jour, amies de cœur ou de malheur, garde-chiourme détestables ou gardiennes justes.
Albertine Sarrazin, Le Chemin de Fer, 118 p.
15.00 €

Un jour mon prince viendra

Sous son rocher, Philémon le crapaud est triste car, lorsqu'une princesse l'embrasse, rien ne se passe. Pourtant, ses parents lui avaient promis que, lorsqu'il serait grand, il deviendrait prince charmant grâce à un doux baiser. Un jour, devant son étang, le prince Arthur de Belle-Allure se présente à lui.
Agnès Laroche et Fabienne Brunner, Talents Hauts,
14.00 €

Le capitalisme patriarcal

Combien coûteraient de salarier toutes les activités procréatives, affectives, éducatives, de soin et d’hygiène aujourd’hui réalisées gratuitement par les femmes ? Que resterait-il des profits des entreprises si elles devaient contribuer au renouvellement quotidien de leur masse salariale ? L'auteure propose une réappropriation collective des moyens de la reproduction sociale.
Silvia Federici, traduit de l'anglais par Etienne Dobenesque, 192 p.
15.00 €

La mère de toutes les questions

Qui a été historiquement réduit au silence, et pourquoi ? Comment les femmes et les minorités sont-elles parvenues à récupérer, ou non, leur parole ? En quoi un changement politique est-il avant tout un changement de récit ? Pour répondre à ces questions, Rebecca Solnit balaye un grand nombre de sujets, de l’histoire des droits civiques et de l’esclavage à la culture du viol dans les campus américains, en passant par la masculinité toxique.
Rebecca Solnit, traduit de l'américain par Céline Leroy, L'Olivier, 268 p.
18.50 €

Miss Hokusai tome 1

La vie d'O-Ei, une des quatre filles du peintre Tetsuzo, plus connu sous le nom d'Hokusai. L'histoire commence en 1814. O-Ei est une jeune femme talentueuse et obstinée. Elle termine souvent les oeuvres de son père, pour boucler les commandes. Elle s'occupe aussi de sa demi-soeur, une petite fille aveugle de naissance. C'était une femme libre qui fumait la pipe, buvait du saké et fréquentait les "maisons de plaisir" pour croquer les belles femmes sur le vif. Autour d'elle et du peintre Hokusai se déploie la chronique fantasque d'une vie de bohème au début du XIXe siècle, où se côtoient peintres, poètes, courtisanes et acteurs de kabuki.
Hinako Sugiura,traduit du japonais par Patrick Honnoré et Ryoko Sekiguchi, Picquier, 352 p.
19.00 €

Hollywood menteur

Une plongée dans l'histoire du film The Misfits, réalisé par John Huston, sur un scénario d'Arthur Miller, époux de Marilyn Monroe, dernière production achevée dans laquelle l'actrice tient le premier rôle, au côté de Clark Gable et Montgomery Clift. L'album donne à voir son tournage erratique, les relations ambivalentes entre les protagonistes et les aléas qui ont suivi sa sortie en 1961.
Luz, postface de Virginie Despentes,
19.00 €

Cassandra Darke

Cassandra Darke, une Londonienne pur jus, pingre et misanthrope, ne pense qu'à son confort et à sa maison de 8 millions de livres près de Sloane Square. Alors qu'elle a échappé à la justice suite aux fraudes de son mari quelques années plus tôt, elle risque d'avoir maille à partir avec les autorités au vu de la surprise que Nicki, sa jeune locataire, lui a réservée dans le sous-sol de sa maison.
Posy Simmonds,traduit de l'anglais par Lili Sztajn, Denoël, 96 p.
21.00 €

Violeta : corazon maldito

Bande dessinée qui retrace les différents épisodes de la vie de Violeta Parra (1917-1967), artiste chilienne qui a remis à l'honneur la musique populaire et traditionnelle de son pays et l'a fait connaître au-delà de ses frontières. S'adonnant entièrement à sa passion au détriment de sa famille et de sa vie privée, elle souffrira d'une profonde dépression à la fin de sa vie.
Virginia Tonfoni, illustrations Alessio Spataro, traduit de l'italien par Laura Brignon, Cambourakis, 142 p.
20.00 €