Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Elles ont été les premières ! 100 femmes exceptionnelles

Un hommage à toutes celles qui ont été les premières. Dans ce livre, vous irez a la rencontre de quelque 100 femmes. Premières à faire le tour du monde en 1767, à voyager dans l'espace en 1963, à obtenir en 1910 un brevet de pilote d'avion ou le permis de conduire en 1898... Ou bien à recevoir en 2014 la médaille Fields, l'équivalent du prix Nobel de mathématiques. Ou encore à devenir en 1960 cheffe d'État. À inventer qui le lave vaisselle en 1886, qui un programme informatique en 1842, qui un traitement de texte électronique en 1968. Ou encore à créer en 1929 un musée aujourd'hui incontournable... Parmi cette centaine de femmes, quelques-unes sont connues. D'autres, la plupart d'entre elles, parfaitement oubliées, voire inconnues ! Ce livre vous donne l'occasion de les découvrir...
Mélisa Gazsi et Suzanne Kestenberg, ill. Gomargu, préface Julie Gayet, La Martinière, 192 p.
19.95 €

Les femmes de sciences vues par une ado un peu vénère !

Excédée par les propos de Clément, son frère qui affirme que les femmes ne sont pas faites pour les sciences, Louise relate avec humour la vie de 25 grandes scientifiques : Marie Curie, Jocelyn Bell, Emilie du Châtelet, Rosalind Franklin ou encore Jane Goodall. A partir de 12 ans.
Natacha Quentin, ill. Julie Staboszevski, Poulpe fictions, 239 p.
11.95 €

Une jupe trop courte. Récits de la cuisine

Une réflexion poétique sur les violences faites aux femmes. L'auteure dénonce les injustices quotidiennes que subissent les femmes et renverse les sujets considérés traditionnellement comme féminins, notamment ceux liés à l'espace du foyer, pour les transformer en armes et mettre un terme aux stéréotypes genrés. "Je suis couchée sur le tapis qui a tout absorbé/comme une brave nana"
Sofi Oksanen, traduit du finnois par Sébastien Cagnoli, Points, 100 p.
6.90 €

La monnaie des songes et autres recueils

Une dizaine de recueils et textes poétiques dans lesquels l'auteure rend hommage aux poètes de la négritude tels que le Sénégalais Léopold Sédar Senghor ou Léon-Gontran Damas. Dans un lyrisme porté par un langage métissé, elle évoque la vie d'esclave de ses aïeux, la condition de l'homme moderne, la vie urbaine et la solitude."Les gestes/A fond de cales/A l'aube d'un sommeil"
Marie-Christine Gordien, Points, 354 p.
8.90 €

Dialogue sur l'art et la politique

Les deux artistes confrontent leurs réflexions sur le rôle de l'art dans un contexte politique mondial et notamment comment celui-ci traite la question de la violence et des classes populaires qui se tournent vers l'extrême droite. En confrontant leurs réflexions, K. Loach et E. Louis esquissent un manifeste pour une transformation radicale de l'art.
Ken Loach et Edouard Louis, PUF, 69 p.
8.00 €

Ce que je voulais vous dire

Dans cette série d'entretiens et de lectures prononcées par Anaïs Nin devant des étudiants entre 1966 et 1973, l'écrivaine nous livre, à la fin de sa vie, une réflexion très personnelle sur divers sujets : la recherche de l'identité, la magie de l'art, la femme et le féminisme... Plus qu'un ouvrage thématique, c'est une synthèse de sa pensée que nous offrent ces textes, empreints d'un constant optimisme, et qui constituent une véritable porte d'entrée privilégiée pour découvrir celle qui marqua son époque par des ouvrages incontournables.
Anaïs Nin, édition établie par Evelyn J. Hinz, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Béatrice Commengé, Le Livre de poche, 478 p.
8.40 €

L'épouse d'Amman

En Jordanie, quatre jeunes filles, Hayat, Rana, Salma et Leila, et un garçon, Ali, sont aux prises avec les règles traditionnelles qui définissent leur destin et leur vie sentimentale. La protagoniste principale de ce récit polyphonique, Leila, constate que son diplôme ne compte pour rien aux yeux de la société, car, en tant que femme, le mariage doit être sa seule vocation. Au-delà d'une évocation de la condition des femmes, ce roman est l'un des premiers à parler ouvertement des questions LGBT dans le monde arabe.
Fadi Zaghmout, traduit de l'arabe (Jordanie) par Davide Knecht, L'Asiathèque, 198 p.
16.50 €

Le dernier chant

Automne 2021, un mal mystérieux provoque la mort inexpliquée d'animaux de diverses espèces qui ont les mêmes symptômes : prostration, larmes de tristesse et chants de détresse. Shan, virologue à Grenoble, enquête sur ce mal qui menace désormais les hommes. Elle découvre que seuls les sourds peuvent y échapper mais subit de fortes pressions qui la poussent à rejoindre un groupe d'activistes.
Sonja Delzongle, Denoël, 473 p.
19.90 €

L'évangile selon Marie - L'apocalypse selon Lilith - L'arche de Noréa

Théâtre - Cette trilogie célèbre la parole des femmes, libérées des violences subies au sein des sociétés patriarcales. Une nouvelle Bible s’écrit au travers de trois dissidentes : Marie Madeleine, Lilith et Noréa. Animée d’un souffle poétique libérateur, ces trois pièces mêlent souvenirs d’enfance, détournement de prières traditionnelles, et récits de femmes de différentes générations, classes et cultures. Dans cette nouvelle liturgie, la dramaturge et metteuse en scène abat les piliers des civilisations occidentales essoufflées, en faveur d’une reconstruction du monde au féminin.
Nicoleta Esinencu, traduit du roumain par Nicolas Cavaillès, L'Arche, coll. Des écrits pour la parole, 170 p.
16.00 €

Le prieuré de l'oranger. Partie 2

Depuis mille ans, la maison Berethnet dirige Ynis. La reine Sabran IX, sans héritière, doit à tout prix donner naissance à une fille pour empêcher la destruction du royaume. Tandis que des assassins cherchent à la tuer, Ead Duryan, une fille des hautes sphères, membre d'une société secrète de mages appelée le Prieuré de l'oranger, la protège grâce à ses sortilèges.
Samantha Shannon, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Benjamin Kuntzer et Jean-Baptiste Bernet, J'ai lu, 602 p.
8.90 €

Sous nos yeux. Petit manifeste pour une révolution du regard

Toutes et tous, nous vivons dans un monde où règnent les images : publicités, films, séries, jeux vidéo, porno... Ces images influencent la façon dont on pense, dont on vit, dont on aime. Malheureusement, dans la plupart de ces images, les représentations des femmes et de leurs corps racontent la même histoire : elles nous disent que ce que pensent et vivent les femmes n'est pas très intéressant. Ces images nous racontent aussi qui est désirable et qui ne l'est pas. Apprendre à décrypter ces images, prendre conscience du fait qu'elles ne sont pas neutres, chercher d'autres représentations... voilà la révolution du regard à laquelle vous invite ce petit manifeste. Pour adolescent.e.s et adultes !
Iris Brey, ill. Mirion Malle, La ville brûle, 63 p.
12.00 €

Dessiner encore

Dessinatrice à Charlie Hebdo, l'autrice raconte le traumatisme qui a suivi les attentats du 7 janvier 2015 et comment le dessin l'a aidée à travers cette épreuve.
Coco, Les Arènes, 352 p.
28.00 €

Le pouvoir du care, Mobilisation d'immigrantes dans la cause du VIH en France

Particulièrement touchées par l'épidémie, les femmes de l'immigration sont devenues des actrices clé de la lutte contre le VIH/sida en France depuis, deux décennies. Issu d'une enquête ethnographique en immersion au sein d'associations « communautaires », cet ouvrage éclaire la grammaire du care que ces femmes déploient dans le domaine de la prévention comme du soutien aux personnes vivant avec le VIH, les capacités d'agir favorisées par ce modèle associatif ainsi que les rapports de pouvoir inégalitaires, incorporés et/ou véhiculés par diverses institutions de l'échelle globale à l'échelle locale.
Marjorie Gerbier-Aublanc, préface de Annabel Desgrées du Loû, PU de Rennes, coll. Le sens social, 314 p.
25.00 €

Entre les jambes

Marrakech, années 70. Un petit garçon intersexué est abandonné par sa mère et confié à ses grands- parents. Sa grand-mère, musulmane, et son grand- père, officier français à la retraite, se détestent et s'opposent sur tous les plans : principes, éducation, religion, sexualité... C'est la lutte du Coran contre Les Fleurs du mal.Entre les jambes est le récit de cette enfance écartelée entre fausses pudeurs et non-dits, mosquée et hammam, ivresses et amants, enfants des rues et prostitution forcée. Dans un style de feu, qui rend hommage aux rues du Maghreb, Huriya montre comment les pièges et les hypocrisies de la religion se referment sur les femmes, au point de transformer certaines victimes... en bourreaux.
Huriya, Le Nouvel Attila, 348 p.
20.00 €

Tabor

Mona et Pauli ont survécu à d’étranges et immenses inondations. Elles vivent et s’aiment à Tabor, un nouveau monde bricolé et agreste. Mais de mystérieux visiteurs, sorciers ou fonctionnaires, viennent en troubler l’équilibre, jusqu’à l’ensauvagement définitif. Comment faire face? Anticipation queer pessimiste, dystopie magique ou rêverie révolutionnaire gothique, ce récit explore la possibilité de l’amour et de l’action dans un monde en ruines.
Phoebe Hadjimarkos Clarke, Le Sabot, 291 p.
13.00 €

Léa. En avant la musique

Léa aimerait jouer du piano. Avec ses deux mamans elle va rencontrer les professeurs de musique qui lui font passer un test. Mais est-ce bien cet instrument (et ces professeurs !) qui lui convient ? Un album à partir de 3 ans.
Gépétof, ill. Cépé.èm, Orphie, 29 p.
8.00 €

Christine Angot, une écriture de l'altérité

Retraçant livre après livre les expériences souvent douloureuses de son double de papier, C. Angot place son écriture sous le signe de la transgression, irritant du même fait une bonne partie de la critique française. F. Forcolin nous donne à lire dans cet ouvrage la première monographie d’envergure consacrée à celle que l’on a souvent nommée « la reine de l’autofiction ». Très novatrice dans son approche, l’analyse s’appuie sur l’exploration de différents mythes : Œdipe, Ulysse ou Antigone sont convoqués pour éclairer le parcours de l’écrivaine. L’étude est complétée par un entretien avec C. Angot, qui permet d’approfondir le rapport de l’autrice à son œuvre.
Francesca Forcolin, PU Lyon, 184 p.
15.00 €

Le berceau des dominations. Anthropologie de l'inceste vol. 1

Dans cette anthropologie de l'inceste, Dorothée Dussy se penche sur les mécanismes complexes par lesquels l'inceste est couramment pratiqué dans l'intimité des foyers français. À la faveur du réel, et de la banalité des abus sexuels commis sur les enfants, l'inceste se révèle structurant de l’ordre social. Il y apparaît comme un outil de formation à l’exploitation et à la domination de genre et de classe. Cinq ans d’enquête ethnographique sont restitués dans ce livre : un voyage subversif au cœur de familles que rien, ou presque, ne distingue des vôtres.
Dorothée Dussy, préface de Charlotte Pudlowski, Pocket, édition revue et augmentée par l'autrice, 401 p.
8.20 €