Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Rêves de machines

De 1663 à 2040, cinq voix s'entremêlent à travers les époques et les continents pour retracer la naissance de l'intelligence artificielle et ses dangers. Ce roman décrit un futur dangereusement proche où les robots se révèlent plus sensibles que leurs créateurs, posant une question essentielle : qu'est ce qu'être humain ?
Louisa Hall, traduit de l'américain par Hélène Papot, Folio, 420 p.
8.40 €

Ta fille morte

Caroline ne parvient pas à faire le deuil de sa fille, renversée par un chauffard. Folle de chagrin et de colère, elle quitte Hambourg pour un village du Nord de la Suède qu'elle a fui trente ans plus tôt. Là, on l'accueille comme si elle était partie la veille. Mais bientôt arrive son ancien fiancé, devenu commissaire de police après qu'elle l'a abandonné un jour sans explication. Très vite, le climat entre eux s'alourdit. Car il a dans sa poche un mandat d'arrêt international contre Caroline, qui n'est peut-être pas la femme que tout le monde croit connaître...
Alex Berg, traduit de l'allemand par Denis Michelis, Actes Sud, 345 p.
8.80 €

Truc de fille ou de garçon ?

Jouer au foot, pleurer, danser, conduire un avion, faire des découvertes... Filles comme garçons, tout le monde peut le faire. Chacun et chacune avec ses goûts, ses envies et son caractère. A partir de 5-6 ans.
Clémentine Du Pontavice, Ecole des loisirs, 40 p.
6.00 €

L'histoire d'Helen Keller

Quel avenir peut avoir une petite fille de 6 ans, aveugle, sourde et muette ? Les parents d'Helen sont désespérés, jusqu'au jour où Ann Sullivan arrive chez eux pour tenter d'aider Helen à sortir de sa prison sans mots, ni couleurs, ni sons. Les premiers échanges sont houleux, mais la persévérance d'Ann, l'intelligence et le désir d'apprendre d'Helen parviennent à vaincre l'impossible.
Lorena A. Hickok, traduit par Renée Rosenthal, Pocket Jeunesse, 230 p.
6.40 €

Possibles

Dans ce roman initiatique, Aurore nous entraîne dans sa quête, jusqu’à son propre étonnement. De rencontres en questionnements, elle met en lumière des vies invisibles, méconnues. Elle explore les possibles d’une vie déverrouillée, émergence de son émancipation vers une bi- et pan-sexualité. Cette histoire est un hymne à la liberté d’aimer. « Je dois raconter, je dois leur raconter, je dois vous raconter mes possibles, écrire la vie qui m'a fait naître. Je dois vous livrer ce parcours délivrant l'inattendu ; périlleuse carte au trésor vers d’énigmatiques destinations aux sentiers discrets, suivant les étoiles défendues des ciels écarlates, à guetter l'inespérée éclaircie.»
Valérie Baud, Vent solars, 300 p.
17.00 €

La faille du temps

S'entrecroisent les destins du nourrisson Perdita, survivante d'un crime atroce, d'un odieux financier londonien obsédé par la crise de 2008, du roi Polixenes, doux rêveur et ami de longue date de Léo, de MiMi, femme de Léo. La liaison supposée entre MiMi et Xeno, créateur de jeux vidéos, déclenche la jalousie de Léo. Une adaptation moderne de la tragicomédie "Le conte d'hiver" de Shakespeare.
Jeanette Winterson, traduit de l'anglais par Céline Leroy, Buchet Chastel, 310 p.
22.00 €

Mrs Caliban

Dorothy s'ennuie et passe ses journées à attendre le retour de son mari jusqu'à ce qu'une gigantesque créature disant avoir besoin d'aide débarque chez elle. Une créature qui va bouleverser son existence... Inspirée par la deuxième vague féministe, Rachel Ingalls brosse le portrait d'une jeune femme qui se libère d'un quotidien monotone et castrateur, se découvre, émotionnellement, sexuellement, et existe enfin. Cette fable parue en 1982 aux USA, était inédite en France.
Rachel Ingalls, traduit de l'américain par Céline Leroy, Belfond, coll. Vintage, 130 p.
16.00 €

Juste un doigt de liberté

Max Zouic dépose sa poésie dans les villes et dans le monde sur des Caillouzouic en bribes dévergondées pour qu'un jour on fasse le nique aux poésies hermétiques. (érotique lesbien)
Max Zouic, Le chat polaire, illustré, 60 p.
12.00 €

Une femme en contre-jour

Portrait de Vivian Maier, gouvernante américaine et photographe de rue amateur, décédée en 2009 dans le plus grand anonymat. Ses photographies, retrouvées par hasard dans des cartons oubliés au fond d'un garde-meuble de la banlieue de Chicago, ont fait d'elle une artiste célèbre après son décès.
Gaëlle Josse, Noir sur Blanc,155 p.
14.00 €

La malchimie : récit

"Sylvain et moi traçons notre sillon de chaque côté d'une ligne de démarcation qui s'est creusée malgré nous. Je suis étudiante, il conduit le tracteur de son patron, laboure, ensemence, moissonne les champs de son patron et les « traite ». « Traiter », il a commencé jeune. On traite contre les maladies, pour les rendements, la propreté. On traite dans la plaine de façon préventive, curative, et intensive toujours. On traite, c'est radical et ça rapporte. Les engrais, les produits phytosanitaires, la terre absorbe tout cela."
G. B.
Gisèle Bienne, Actes Sud, 250 p.
22.00 €

A happy woman

Quand Fanny Chiarello atterrit à New York le 5 octobre 2017, elle ignore dans quelle mesure Meredith Monk va se rendre disponible pour elle et lui permettre de mener à bien son projet : un portrait de cette artiste de la voix, compositrice, performeuse et cinéaste. Elle assiste pendant un mois aux répétitions dans le studio et aux spectacles au Lincoln Center, accompagne Meredith au quotidien, jusque dans la cuisine du loft où se retrouvent les membres de son ensemble. Elle saisit le réel au vol et se rend compte de ses attentes, de son admiration, de ses déceptions. Ce livre est le récit de leur rencontre, celle d'une romancière française avec une star de l'avant-garde américaine, et se lit comme un reportage littéraire passionnant où la complicité n'exclut pas le regard critique.
Fanny Chiarello, L'Olivier, 190 p.
17.00 €

Nous sommes à la lisière

Ces neuf nouvelles nous placent à la lisière de deux mondes, là où se croisent humains en déroute et animaux semi-sauvages. Chacun tente de rejoindre l'autre, mais l'on ne sait qui, de la bête ou de l'humain, est en quête de protection. Autant d'existences menacées, mais libres à leur manière. Autant d'alliances discrètes, toujours sur le qui-vive. Dans un monde à la lisière du chaos, Caroline Lamarche allie la simplicité narrative à une sauvagerie souterraine pour dire l'interdépendance de toutes les créatures vivantes.
Caroline Lamarche, Gallimard, 170 p.
16.00 €

Je t'aime affreusement

Des lettres fictives d'Ariadna Efron adressée à sa mère décédée, l'écrivaine russe Marina Tsvetaeva. Etant la seule membre de sa famille à avoir survécu à la révolution, à l'émigration, aux procès staliniens et à la déportation, elle exprime sa colère face à l'injustice et confie sa détermination à sauver de l'oubli la poésie de Marina. Elle s'y consacrera les vingt dernières années de sa vie après seize ans passés au goulag.
Estelle Gapp, Editions des Syrtes, 170 p.
13.00 €

Anthologie des femmes poètes du monde arabe

Cette nouvelle édition préparée et présentée par la poétesse syrienne Maram al-Masri réunit une cinquantaine de femmes poètes. Pour l'essentiel, elles écrivent hors des sentiers rebattus de la tradition. Leurs vers sont libres, leur vocabulaire est résolument contemporain, leurs images sont souvent modernes - une liberté formelle qui exprime une volonté de libération humaine. L'amour, le désir, les interdits sociaux ou religieux, la revendication de liberté et de dignité des femmes sont souvent au centre de ces textes.
Dir. Maram al-Masri, traduit de l'arabe par Maram al-Masri, Le Temps des Cerises, 240 p.
15.00 €

Fair-play

Jonna et Mari partagent leur vie entre leur appartement situé non loin du port de Helsinki, où leurs deux ateliers sont séparés par un grenier commun, et leur maison sur l’île, difficilement accessible lorsque le brouillard se lève. Partenaires bienveillantes et loquaces, les femmes peignent, écrivent, sculptent, filment, se retrouvent pour les pauses-cafés et cigarettes ; elles se disputent, se soutiennent, philosophent à propos de tout et de rien. Artiste et écrivaine finlandaise suédophone lesbienne, Tove Jansson conjugue dans Fair-play trois passions indissociables – le travail, l’amour et la liberté – et offre une profonde leçon de jeunesse, celle de toujours faire de sa vie une œuvre d’art.
Tove Jansson, traduit du suédois par Agneta Ségol, La Peuplade, 150 p.
18.00 €

Fiertés de femme noire : entretiens-mémoires de Paulette Nardal

Dans cette série d'entretiens réalisés en 1974 et 1975, la femme de lettres martiniquaise (1896-1985) retrace son parcours. Féministe, première étudiante noire en Sorbonne en 1921, elle milite pour les droits des Noirs, participe au courant littéraire et politique ultérieurement nommé "négritude" et fonde en 1931 La Revue du monde noir. Elle évoque aussi les pratiques musicales en Martinique.
Philippe Grollemund, préface de Christiane Eda Pierre, L'Harmattan, 208 p.
21.50 €

L'égalité sans condition : osons nous imaginer et être semblables

Un essai interrogeant la persistances des inégalité en France en dépit des principes des droits de l'homme. La conception française de l'égalité est déconstruite pour proposer un idéal où les différents groupes de citoyens se reconnaîtraient comme semblables et non complémentaires. L'auteure critique également ceux qui ne défendent la diversité que pour son intérêt économique.
Réjane Sénac, Rue de l'échiquier, 90 p.
10.00 €

Harcelées

Menée pendant un an à travers tous les milieux socioprofessionnels et dans toute la France, une enquête sur l'ampleur et les formes des violences faites aux femmes : harcèlements, viols et agressions sexuelles, brutalités domestiques et conjugales. Elle témoigne du nombre de victimes et de l'inefficacité des pouvoirs publics.
Astrid de Villaines, Plon, 230 p.
17.00 €