Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Etre fil

Défilé, déroulé, abandonné, précipité / ce qui autour fait sens / le paysage / la terre / la page // J'avance à travers / je me faufile / obtuse. Marion Collé mêle la poésie à la pratique du fil. Elle a cherché le point fragile d'équilibre à partir duquel la vibration du langage pouvait lui permettre d'avancer, d'inventer des traversées entre deux plate-formes. Des paysages émergent de ses figures ; un spectacle naît de ses poèmes. Premier recueil comptant déjà "mille lecteurs enthousiastes".
Marion Collé, Bruno Doucey, 80 p.
14.00 €

Le Livre d'Ophélie et La Voie nomade

Anne Perrier est la seule femme a avoir reçu le Grand Prix national de la poésie française. Sa poétique aux images fulgurantes est radicale, sobre et musicale. Ce livre rassemble deux recueils phares dans son œuvre qui se suivent et se répondent, habités par le chant croisé de le vie humaine dans sa beauté tragique et de la mort comme clé du passage vers l'allégement.
Anne Perrier, Zoé, 160 p.
9.00 €

Des choses m'ont échappé

La poésie d'Iman Mersal, Égyptienne émigrée au Canada, est intimement liée à son histoire personnelle. Ce livre est composé d'extraits de quatre des cinq recueils qu'elle a publié. Au-delà des évolutions thématiques liées à ce changement, la cohérence de sa voix frappe par sa modernité, sa distance ironique mais aussi sa tendresse et son empathie. Une poésie d'une "grande originalité dans un champ poétique arabe encore dominé par les hommes".
Iman Mersal, traduit de l'arabe (Egypte) et présenté par Richard Jacquemond, Actes Sud, 124 p.
16.80 €

L'identique et le différent

Spécialiste des systèmes de parenté et d'alliance, Françoise Héritier (1933-2017) a travaillé sur les rapports entre féminin et masculin, l'inceste et la violence, etc. Dans ce dialogue avec Caroline Broué, elle raconte son enfance marquée par la guerre, son choix de l'ethnologie pour formation et de l'Afrique pour terrain d'étude. Et aussi son engagement pour des causes comme le sida, le Pacs ou la parité. Avant-propos inédit.
Françoise Héritier en dialogue avec Caroline Broué, L'Aube, 120 p.
10.90 €

Subaltern studies : une anthologie

La revue "Subaltern studies" a été une tentative inédite d'écrire l'histoire de l'Inde coloniale à rebours des traditions élitistes, qu'elles soient académiques et nationalistes, et ce, en redonnant toute leur place aux dominés et exploités et à leurs révoltes. Cette anthologie offre un aperçu de la radicalité et de la diversité des approches théoriques et méthodologiques des participants à la revue, ainsi que des nombreux débats ayant accompagné cette contribution à l'histoire sociale des "Sud".
Essais extraits des vol.2 (1983), vol.5 (87), vol.6 (89) et vol.8 (94) des subaltern studies,Ranajit Guha, Shahid Amin, Asok Sen et al., traduit de l'anglais Frédéric Cotton, éd. de l'Asymétrie, 280 p.
16.00 €

La globalisation du genre : mobilisations, cadres d'actions, savoirs

Le concept de genre est devenu routinier dans des programmes d'action publique ou d'aide au développement et dans le champ académique international que sont les études de genre. Au gré du temps, des logiques nationales et de la promotion du "gender mainstream", le genre a été approprié par les organismes multilatéraux. Il fait aussi partie du langage des groupes militants. Le genre connaît aujourd'hui un véritable éclatement. L'ouvrage interroge les modalités situées de ses circulations et de ses traductions en actions publiques, militantes, scientifiques et développe des analyses critiques de son succès globalisé et globalisant.
Sous la direction d'Ioana Cîrstocea, Delphine Lacombe et Elisabeth Marteu, PUR, 292 p.
24.00 €

Debout

Révélée dans les années 1990, propulsée au rang de star de la série Charmed, Rose McGowan est l'une des premières actrices à avoir dénoncé les agissements du magnat Harvey Weinstein en faisant éclater le scandale. Dans ce livre autobiographique, elle dévoile les coulisses de l'industrie du cinéma qu'elle présente comme un système intrinsèquement sexiste et violent. Son livre se lit comme un "manifeste" sur l'industrie du divertissement.
Rose McGowan, Harper Collins,256 p.
18.00 €

Mon MLF

"Le MLF a changé ma vie. Oui, nous autres filles du MLF avons changé le monde et l'aventure n'a été ni austère ni ennuyeuse. On se devait d'être drôles, impertinentes, imaginatives, radicales. [...] La liberté des femmes est une conquête récente, on est prié de s'en souvenir et de la défendre." Des Gouines rouges à la Spirale, en passant par le groupe d'études féministes de l'Université Paris VII et bien d'autres collectifs fondés dans le feu de l'action, l'auteure a participé aux combats féministes de toute une génération. Elle raconte, de l'intérieur, la naissance, les espoirs, les victoires et les échecs du MLF."
Marie-Jo Bonnet, Albin Michel, 410 p.
21.50 €

Ciel, Vol.1 Comment survivre aux deux prochaines minutes

"Ciel, comment survivre aux deux prochaines minutes" est le premier volume des aventures de Ciel, jeune ado transgenre. C'est le premier jour du secondaire mais Eiríkur, son amoureux, a dû retourner en Islande, et ils sont désormais forcés de poursuivre leur relation à distance. Pour se changer les idées, Ciel concentre toute son énergie à économiser l'argent nécessaire pour acheter la caméra de ses rêves. C'est sans compter l'arrivée de Liam, un nouvel élève plutôt mystérieux qui l'intrigue beaucoup...
Sophie Labelle, Hurtubise, 230 p.
13.50 €

Vie de ma voisine

Une romancière est abordée par sa voisine, Jenny, qui l'invite chez elle. Celle-ci est née en 1925 et ses parents, des Juifs polonais membres du Bund, ont immigré en France un an avant sa naissance et ont été assassinés dans les camps. Portrait d'une jeune femme libre et rebelle qui n'a pas perdu le goût de la vie malgré les deuils et les humiliations. De la vie à Paris dans les années 30, en passant par la révolution russe et l'Occupation, jusqu'en 1992 et la rencontre entre rescapés des camps nazis et russes.
Geneviève Brisac, Points, 192 p.
6.50 €

Mémoire de fille

Annie Ernaux replonge dans l'été 1958, celui de sa première nuit avec un homme, à la colonie de S. dans l'Orne. Elle raconte comment l'onde de choc provoquée par ce moment s'est propagée violemment dans son corps et sur son existence durant deux années. A travers ses souvenirs, sa correspondance et ses photos, dans un aller-retour entre hier et aujourd'hui, elle interroge la fille qu'elle a été.Passionnant. Coup de coeur.

Annie Ernaux, Folio, 176 p.
6.60 €

Viol, une histoire d'amour

Le soir de la fête nationale, alors que Tina McGuire rentre chez elle accompagnée de sa fille de douze ans, Bethie, elle est attaquée par cinq hommes qui la violent sous les yeux de son enfant, cachée non loin. Laissée pour morte, Tina est sauvée par Bethie qui parvient à gagner le bord de la route trouver du secours. Sauvée? Telle est la question qui se pose quand dès l'avant-procès, juge et avocat des accusés vont reprocher à Tina de l'avoir "bien cherché" et risquer d'anéantir pour de bon...
Joyce Carol Oates, Philippe Rey, 176 p.
8.50 €

Garçon et fille font semblant

Dans cet album aux illustrations vives et pleines de drôlerie, deux enfants, un garçon et une fille, jouent à échanger leur apparence en se prêtant leurs vêtements et leurs cheveux (coupés et collés sur la tête de l'autre pour l'occasion). Mais est-ce-que l'identité change quand l'apparence change? En faisant semblant d'être l'autre, les deux enfants interrogent la notion du genre. Un album accessible dès 3 ans.


Hilde Marie Larsen et Mari Kanstad Johnsen, Cambourakis, 32 p.
12.00 €

Révoltée, récit

Evguénia Iaroslavskaïa-Markon est née en 1902 à Moscou et a été exécutée au goulag de Solovki le 20 juin 1931. Depuis sa cellule, elle rédige son autobiographie. Étudiante pleine de rêves et militante, déçue par l'exercice du pouvoir par les bolcheviks, elle raconte ses années de lutte et son choix de rallier le monde des marginaux (enfants de rue, ivrognes, prostituées, vagabonds, qu'elle considère comme la seule véritable classe révolutionnaire. Entre Moscou et Léningrad, elle témoigne de l'envers du décor des premières années de la révolution russe.
Evguénia Iaroslavskaïa-Markon, Points, 173 p.
6.00 €

Le vrai lieu

Michelle Porte, réalisatrice de documentaires sur Virginia Woolf ou encore Marguerite Duras, a proposé à Annie Ernaux une série d'entretien en 2008 qui se tiendraient sur les lieux de sa jeunesse, Yvetot et Rouen, et à Cergy où elle réside aujourd'hui. Ces entretiens ont pour sujet la vie d'Annie Ernaux, mais aussi son écriture et le lien entre les deux. Elle dit avoir aimé et accepté immédiatement le projet, convaincue que le lieu géographique et social offrent sur les textes écrits, non pas une explication, mais l'arrière-fond de la réalité où ils sont, plus ou moins, ancrés.
Annie Ernaux, entretiens avec Michelle Porte, Folio, 128 p.
6.00 €

La débrouillardise

Katarina est une jeune Rom de 17 ans qu'on a virée du lycée. Elle traîne dans Paris et, la nuit venue, elle retrouve son père Zéus et ses quatre frères, tous musiciens, qui vivent dans un campement. Ce qu'elle aime, c'est lire des romans et partir. Le mouvement est ma maison, dit-elle. « Pis je m'en fous. Je me sens indestructible. Y'a du soleil. J'ai faim. Un jour je serai quelqu'un... » Avec une amie elle va partir pour Marseille où elle rencontrera Benti, un vieil homme fascinant qui allumera en elle le goût d'une aventure initiatique. Un roman plein d'humour et de tendresse.
Lucie Land, Grasset, 341 p.
20.00 €

Racisme et sexisme. Femmage à V. De Rudder, C. Guillaumin, N.-C. Mathieu

Critique du naturalisme, travail sur les catégories de racisation, analyse des processus de minorisation, construction des rapports sociaux de sexe et de race, critique épistémologique de l'androcentrisme sont autant de questions traitées dans les différents articles de ce numéro en « femmage à Véronique De Rudder, Colette Guillaumin et Nicole-Claude Mathieu » . Il souligne l'importance et l'actualité de l’œuvre de ces trois théoriciennes qui ont opéré une véritable rupture sur ces questions et s'intéresse aux prolongations et limites de l’œuvre explorées sur de nouveaux terrains.
Journal des anthropologues n°150-151, Association Française des Anthropologues, 325 p.
22.00 €

Dessiner les frontières

Face à l'a priori d'un monde globalisé et ouvert, la notion de frontière interpelle les chercheurs au travers de deux questions majeures : que deviennent les frontières entre espaces géographiques, linguistiques et culturels dans notre société cosmopolite, urbanisée, mobile ? Et comment sont-elles produites, (re)produites et/ou configurées par les pratiques sociales? À partir des différentes disciplines que sont la linguistique, la sociologie, l'anthropologie et la géographie, cet ouvrage propose de réfléchir à la façon dont les frontières sont repérées, conçues, ou encore produites par les pratiques des acteurs sociaux en interaction. Dès lors, elles ne sont plus appréhendées comme un produit fini et irrévocable, mais comme une matière en train de se faire, dessinée par une multiplicité d'acteurs et située dans une diversité de contextes.
Sous la direction de Michelle Auzanneau et Luca Greco, ENS, 238 p.
26.00 €