Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Descente au coeur du mâle

Harcèlement de rue, au travail, viol mais aussi inégalités de revenus ou plafond de verre... ces actes et ces faits s'enracinent dans la même culture virile. Le mouvement #MeToo n'est pas une "chasse aux mâles" mais pose une question décisive : qu'est-ce-qu'une femme dans les yeux des hommes du XXIème siècle? A travers de courts articles, le sociologue et philosophe tente d'y répondre.
Raphaël Liogier, Les liens qui libèrent, 141 p.
12.50 €

Sociologie des transidentités

Les figures trans sont partout et pourtant, cette visibilité ne s'accompagne pas toujours d'une plus grande acceptation. De ce constat, l'auteur propose un bilan des savoirs sur "les" questions trans dans l'espace médical, social, juridique et scientifique. Laissant de côté le "pourquoi", il s'intéresse au "comment" et aux logiques sociales à l’œuvre dans les controverses identitaires.
Arnaud Alessandrin, Le cavalier bleu, 192 p.
20.00 €

La ballade des dangereuses : journal d'une incarcération

Ce roman graphique est né de la rencontre entre Anaëlle Hermans et Valérie Zézé, une ex-professeure de français incarcérée pour vol pour la huitième fois et qui va devoir se réadapter à la vie carcérale entre amitié, solitude et espoir. Portée par l'amour de son fils, la foi et ses codétenues, elle va faire face à son addiction à la drogue et reprendre sa vie en mains. A travers elle, c'est un regard sur l'incarcération des femmes qui est porté.
D. et A. Hermans, d'après une histoire vécue par Valérie Zézé, La boîte à bulles, 122 p.
20.00 €

Ô femmes et caetera : une histoire du féminisme

Dominique Foufelle, autrice et journaliste, relaye les luttes en faveur de l'égalité femmes-hommes depuis de longues années. Ce livre présente, à travers de courts articles illustrés de photographies, l'histoire du féminisme des mouvements pionniers, en passant par le temps de l'émancipation des décennies 50 à 70, avec ses mouvements et ses figures, pour finir sur les débats qui se sont ouverts dans les années 1990 et 2000.
Dominique Foufelle, Quai des brunes, 125 p.
19.00 €

Elsa Morante : Une vie pour la littérature

Figure de l'intellegentsia italienne du XXème siècle, admirée des plus grands artistes de son temps (Pasolini, Visconti, Leonor Fini etc.)et autrice de quatre romans, Elsa Morante est devenue une icône de la littérature libre, imaginative et intransigeante. L'auteur retrace sa vie grâce à des archives inédites et aux témoignages de proches.
René de Ceccatty, Tallandier, 336 p.
21.90 €

Zéromacho : des hommes disent NON à la prostitution

A l'encontre de certaines idées reçues, la majorité des hommes en France n'ont jamais payé pour un acte de prostitution et n'envisagent pas de le faire. En 2011, l'autrice lance Zéromacho, un réseau international d'hommes engagés contre le système prostitueur. Une centaine de ces hommes, originaires de 18 pays, s'exprime dans ce livre. L'autrice a également enquêté sur le "modèle suédois".
Florence Montreynaud, M éditeur, 208 p.
18.00 €

L'origine des autres

Dans cette série de six conférences, la grande romancière africaine-américaine, prix Nobel de littérature, analyse les arguments du racisme qui ont établi et entretiennent la domination d'une seule catégorie d'individus et ce, selon des perspectives historiques, psychologiques et littéraires. Elle démontre que la "définition de l'inhumain" censée justifier "l'asservisseur" ne saurait en vérité s'appliquer qu'à celui-ci.
Toni Morrison, trad. de l'anglais (États-Unis) par C. Laferrière, préf. de Ta-Nehisi Coates, éd. Christian Bourgois, 110 p.
13.00 €

Qui a peur de la théorie queer ?

De la Manif pour tous au militantisme LGBT, en passant par la recherche, les débats intellectuels ou l'émergence de nouveaux médias, l'auteur analyse la réception de la théorie queer en France. Il démontre que les campagnes réactionnaires qui ont suivi l'ouverture du mariage aux homosexuels.les s'attaquent en réalité à la théorie queer. Si elle dérange, c'est parce qu'elle soutient que le sentiment d'appartenance ne naît pas d'un socle de valeurs et de références communes mais de la capacité à en contester le bien-fondé.
Bruno Perreau, Presses de Sciences Po, 224 p.
22.00 €

Doux comme un cornichon et propre comme un cochon

"Qui a mis un A dans août? A quoi rêve la girafe dans son zoo? Pourquoi est-il malpoli de montrer quelqu'un du doigt, mais pas un arc-en-ciel?" Ce recueil de comptines et de poèmes de la romancière américaine paraît pour la première fois en France. A travers eux, et en suivant le rythme des saisons ou des fêtes de l'année, elle répond aux questions que se posent les enfants sur le monde des adultes. Dès 3 ans.
Carson McCullers, ill. de Rolf Gérard, traduit de l'anglais (États-Unis) par Jacques Demarcq, édition bilingue anglais-français, Seghers Jeunesse, 48 p.
15.50 €

La vie ne me fait pas peur

Maya Angelou, poétesse, romancière, activiste est l'une des grandes figures de la littérature afro-américaine. Ce récit en rimes proche de la comptine met en scène une petite fille courageuse qui affronte ses peurs et clame ainsi haut et fort "que la vie ne lui fait pas peur du tout". L'autrice dit l'avoir écrit "pour tous les enfants qui sifflotent dans le noir en refusant d'admettre qu'ils ont sacrément la frousse". Dès 4 ans.
Maya Angelou,ill. Géraldine Alibeu, traduit de l'anglais (États-Unis) par Santiago Artozqui, édition bilingue anglais-français, Seghers jeunesse, 48 p.
15.50 €

"Le plus beau métier du monde" : dans les coulisses de l'industrie de la mode

A partir d'une enquête en immersion et d'entretiens auprès des travailleurs (stylistes, mannequins, vendeurs, retoucheurs, etc.) de l'une des industries les plus puissantes du monde, l'anthropologue dévoile la réalité du travail à l’œuvre derrière la façade "glamour" de la mode. Elle met en lumière les dynamiques d'exploitation et d’auto-exploitation, qui ont cours jusque dans la création de luxe, et le prestige social liés au fait de travailler dans un milieu désirable.
Giulia Mensitieri, La Découverte, 276 p.
22.00 €

Ces hommes qui m'expliquent la vie

Rebecca Solnit est l'une des voix les plus marquantes du nouveau féminisme américain. Dans ce recueil d'essais, elle s'interroge sur la certitude des hommes de savoir mieux que les femmes ce qu'elles doivent penser ou faire. Une certitude en corrélation avec l'absence des voix des femmes dans l'Histoire. En explorant une "nouvelle façon de penser le féminisme", l'autrice fournit des armes pour les luttes à venir.
Rebecca Solnit, traduit de l'américain par Céline Leroy, L'Olivier, 176 p.
16.00 €

En finir avec la culture du viol

Chaque jour, des femmes sont agressées sexuellement ou harcelées. Ces violences n’apparaissent pas spontanément: elles ont des causes sociales – impunité des agresseurs, idées reçues sur la sexualité – et ne sont donc pas une fatalité. Identifier les éléments culturels qui servent de justifications et de terreau à ces actes permet de proposer des pistes qui permettront d’y mettre fin. Un livre accessible à tous et à toutes, étayé de nombreuses références et exemples concrets.

Noémie Renard, les Petits matins, 180 p.
12.00 €

Parisiennes, ces femmes qui ont inspiré les rues de Paris

Malka Marcovitch est historienne et spécialiste en droits des femmes. Ce livre, co-écrit avec J-M Dubois, retrace, à travers une recherche documentée, les destins des femmes (sportives, artistes, scientifiques, reines, résistances, femmes de lettres ou politique etc) qui ont marqué Paris et le monde et nous rappelle la place qu'elles occupent dans notre société.
Malka Marcovich avec Jean-Marie Dubois, Balland,537 p.
25.00 €

Droits des femmes, tout peut disparaître

Si le principe d'égalité s'est peu à peu imposé, les droits des femmes font toujours l'objet d'attaques.Un danger est la façon dont ils sont traités et défendus institutionnellement et qui tend à les isoler d'autres questions sociales et politiques. Ce livre propose un retour critique sur les acquis des 40 dernières années, sur les résistances à l'antisexisme et les limites que le contexte néolibéral impose à la défense des droits des femmes.
Pauline Delage, Textuel, 160 p.
15.90 €

Sens averse (répétitions)

Face au monde qui déraille, Valérie Rouzeau érige ardemment un mur de poèmes, seule manière de poursuivre «le dur métier de vivre». «Tu dois te remettre à l’heure heureuse», : tâche difficile, car tout l’agresse (les acronymes, l’argent des footballeurs, la mort des abeilles, etc). Au fil de ce recueil, elle glane dans sa mémoire de quoi tenir bon, oppose sa force fragile à l’âpreté de la vie et glisse en douceur des consolations entre «les jours où rien ne va».
Valérie Rouzeau, La table ronde, 180 p.
16.00 €

Là où il fait si clair en moi

"Tu n'as pas d'autres armes que les mots". Dans ces sept poèmes, l'auteure, considérée comme l'une des voix majeures de la littérature africaine, écrit sur la guerre, l'exil, la barbarie et la mort et rappelle que la poésie a la capacité de "réenchanter la vie" et les mots d'exprimer la tolérance et la paix, de "partager les maux et les joies / de ceux qui n'auraient pas de voix".
Tanella Boni, Bruno Doucey, 96 p.
14.00 €

Etre fil

Défilé, déroulé, abandonné, précipité / ce qui autour fait sens / le paysage / la terre / la page // J'avance à travers / je me faufile / obtuse. Marion Collé mêle la poésie à la pratique du fil. Elle a cherché le point fragile d'équilibre à partir duquel la vibration du langage pouvait lui permettre d'avancer, d'inventer des traversées entre deux plate-formes. Des paysages émergent de ses figures ; un spectacle naît de ses poèmes. Premier recueil comptant déjà "mille lecteurs enthousiastes".
Marion Collé, Bruno Doucey, 80 p.
14.00 €