Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Entre femmes, 250 oeuvres lesbiennes résumées et commentées T. 3

Paula Dumont poursuit son travail de recension et de commentaire de romans, nouvelles ou essais publiés entre 1925 et 2020 et abordant le sujet du lesbianisme. Les articles sont complétés d'informations biographiques sur les autrices telles que Cy Jung, Julie Lezzie ou Manon Loisvaine.
Paula Dumont, L'Harmattan, 257 P.
27.00 €

Survivre à la prostitution. Les voix qu'on ne veut pas entendre

"Sous forme de témoignages, les femmes interviewées abordent bien des aspects invisibles de la prostitution, comme le fait de risquer sa vie tous les jours, d’être recrutées dans la prostitution très jeune, de voir la situation se dégrader dans les pays qui ont légalisé l’activité des proxénètes et des prostitueurs, d’espérer sortir de la prostitution, de se buter à sa modernisation et à son uberisation, mais aussi de subir la violence prostitutionnelle qui laisse inévitablement des séquelles physiques et psychologiques."
Francine Sporenda, M éditions, 317 p.
28.00 €

Les marais

Entre les murs d’une sombre bâtisse, Madame Tord et ses cinq enfants subissent quotidiennement la tyrannie d’un patriarche en mal de reconnaissance. Seuls Ludegarde, Alban et la petite Barbe, plus indépendants, tentent d’échapper à l’atmosphère oppressante de la maison Tord en se réfugiant dans un monde imaginaire aux dimensions insolites. C’était sans compter la force du destin qui brise les rêves de liberté de chacun et finit par ramener les âmes téméraires dans les pas de leurs ancêtres.
Dominique Rolin, ill. Espace Nord, 300 p.
9.00 €

Solitude la flamboyante

La Guadeloupe, dans les années 1780. Solitude, une jeune métisse, est demoiselle de compagnie. Alors qu'en 1794, l'esclavage est aboli, les anciens esclaves peinent à s'intégrer dans la société. La jeune femme fonde alors une communauté utopiste clandestine dans l'espoir d'aider ces hommes et ces femmes analphabètes et sans terres. Roman illustré pour tous les âges !
Paula Anacaona, ill. Claudia Amaral, Anacaona, 240 p.
22.00 €

La baie de l'aquicorne

Lana et son père rejoignent leur village natal pour aider au nettoyage des débris laissés par une tempête. Réalisant à quel point l'océan lui a manqué, la petite fille découvre sur la plage une créature semblable à un hippocampe. Avec l'aide de sa tante Mae, Lana lui porte secours. Avec l'arrivée d'une seconde tempête, un nouveau défi écologique se présente. Une histoire queer et LGBT friendly. BD à partir de 7-8 ans.
Katjie O'Neill, traduit de l'anglais (Nouvelle-Zélande) par Célia Joseph, Bliss, 90 p.
15.00 €

Gaze n° 1

A travers des formats à la première personne — du récit intime au reportage en immersion —, la revue fondée par Clarence Edgar-Rosa, est entièrement pensée et faite par des femmes et personnes non-binaires et s’intéresse aux enjeux sociaux, intimes et culturelles de la condition féminine. Dans les pages de Gaze, largement illustrées, se côtoient les personnalités et les inconnues, les vieilles dames et les ados, les grandes signatures et les débutantes, toutes sur le même plan. Gaze n’est pas le journal du débat féministe mais une porte d’entrée sensible et inspirante dans les expériences et les vécus des femmes. Le féminisme défendu par Gaze est inclusif et intersectionnel.
Magazine Gaze, 160 p., ill., bilingue anglais-français
18.00 €

Avec, sans ou contre. Critiques queers/féministes de l'Etat

Une analyse de l'Etat moderne, de sa création, de son fonctionnement et des alternatives existantes ou utopiques à sa domination, sous l'angle de l'intersectionnalité. Soulignant le fait que les réformes adoptées en vue d'améliorer la condition des femmes confortent trop souvent les structures sexistes, les autrices questionnent le rapport aux institutions à établir dans le cadre des luttes. Avec des contributions de Cornelia Möser, Davina Cooper, Rada Iveković, Perrine Lachenal, Birgit Sauer, Marion Tillous, Jana Tschurenev.
textes choisis, présdentés par Cornelia Möser et Marion Tillous, iXe, 292 p.
22.00 €

Un détail mineur

Un roman inspiré d'un événement révélé par la presse israélienne en 2003, celui du viol et du meurtre d'une jeune bédouine du Néguev en 1949. Le récit dénonce l'emploi du viol comme arme de guerre et aborde le thème de la mémoire et de l'oubli.
Adania Shibli, traduit de l'arabe par Stéphane Dujols, Actes sud, coll. Sindbad, 126 p.
16.00 €

Reste avec moi

Pour Yejide et Akin, de leur coup de foudre à l'université jusqu'à leur mariage, tout s'est enchaîné. Pourtant, quatre ans plus tard, Yejide n'est toujours pas enceinte et Akin, en tant que fils aîné, est tenu d'offrir un héritier à ses parents. Jusqu'au jour où une jeune femme apparaît sur le pas de la porte. La seconde épouse d'Akin. Celle qui lui donnera l'enfant tant désiré. Commence alors pour Yejide une longue et douloureuse quête de maternité qui exigera d'elle des sacrifices inimaginables. "Un déchirant roman sur la façon dont le désir d'enfant peut détruire une femme, un mariage, une famille." The Economist
Ayobami Adébayo, J'ai lu, 350 p.
8.00 €

Mère à mère

Grand roman de l'apartheid où violence et quête d'humanité demeurent l'héritage de l'histoire. Sindiwe Magona signe un récit bouleversant où l'Afrique du Sud est racontée tout en nuances, complexité et passion. "Elle dit : « Mon fils a tué votre fille. » Et c'est cette affirmation d'une simplicité terrifiante qui ouvre le livre. Histoire douloureusement vraie, racontée avec sensibilité et empathie par Sindiwe Magona. Une voix authentique." Véronique Tadjo
Sindiwe Magona, Mémoire d'encrier, 241 p.
19.00 €

La culotte en jersey de soie

Réédition d’un roman écrit en 1923. Renée Dunan regroupe cinq confessions de femmes confrontées à la « lubricité masculine » et au regard des hommes-prédateurs. Cinq récits que l’autrice place dans un décor sanglant et destructif car, après tout, pourquoi cacher la réalité de ces mésaventures (parfois drames) vécues au quotidien « au point que nul ne les remarque en temps normaux ». En convoquant les voix fortes de Ly, Kate ou d’Idèle, elle ose dévoiler avec intelligence, érudition et humour ces rapports du quotidien, tout en concevant une égalité dans les relations sexuelles.
Renée Dunan, éd. des Véliplanchistes, 311 p.
22.50 €

Elucider l'intersectionnalité : les raisons du féminisme noir

L'autrice invite à repenser les outils de la réflexion féministe en intégrant la problématique de l'intersectionnalité. Selon elle, le féminisme noir fédère presque toutes les pensées féministes indépendamment de leurs divergences idéologiques. C'est pourquoi il serait nécessaire de prendre en compte la diversité des vécus des acteurs de ce mouvement afin de présenter un front commun.
Soumaya Mestiri, Vrin, 172 p.
18.00 €

Panthère Première n°6 "Flagrants dénis"

"Mues par un impérieux besoin d'échapper à un quotidien poisseux dominé par une gestion sanitaire aussi erratique que libérale, on court-circuitera le monopole d’Enedis pour s’intéresser à l’autonomie énergétique, on s’installera dans les services des urgences pour y suivre la lutte méprisée des soignantes, on emboitera intrigues religieuses et questions de genre en compagnie d’une messie (si si) dans le Milan médiéval, on montrera par la pratique du foot que c’est pas parce qu’on le dit qu’on l’est (féministe), on se connectera sur des forums d’entraide pour atténuer l’isolement et la souffrance qui peuvent survenir suite à la naissance d’un·e enfant, on briguera la présidence des États-Unis (eh ouais) pour proposer un nouvel ordre mondial (lesbien et poétique) puis on cassera l’ambiance d’un repas familial avec Sara Ahmed, pour le plaisir, mais surtout parce que non, les choses ne sont pas « comme ça ». Killjoy ! comme cri de guerre, on plantera alors les dents de la fourchette dans un flagrant déni aussi juteux qu’arrangeant, avec un dossier sur le travail invisible et non reconnu comme tel."
Revue Panthère Première
10.00 €

Corps mouvementés

Cet ouvrage réunit des contributions d’enquêtes philosophiques, littéraires, sociologiques, psychologiques sur la question de corps, ainsi que des varias, notamment un entretien entre Jérôme Baschet et Renaud Lariagon. Plusieurs thématiques y sont abordées : violences policières, langage et écriture, contre culture et scène punk, corps politiques, etc.
Chroniques de Désert, Grevis, 208 p.
16.00 €

Travail gratuit et grèves féministes

Quatre textes écrits dans la continuité de la deuxième grève nationale des femmes organisée en Suisse en 2019. Soulignant l'enjeu de la question du travail reproductif et gratuit fourni par les femmes pour les luttes féministes du XXIe siècle, les auteures discutent du potentiel de la grève du travail domestique et du sexe afin de valoriser le rôle des femmes et de s'opposer au patriarcat.
Sivia Federici, Morgane Kuehni, Morgane merteuil et Maud Simonet,coordonné et introduit par Soline Blanchard, Sébastien Chauvin, Nils Kapferer et al. postface Charlene Calderaro, entremonde, 120 p.
8.00 €

Baker

Cette biographie et étude artistique de Joséphine Baker rappelle la complexité de cette figure du XXe siècle, émigrée afro-américaine connue pour ses performances artistiques en France. Elle incarne l'émergence d'une affirmation de l'identité féminine noire. Marie Canet est enseignante en esthétisme à l'école des Beaux-Arts de Lyon essayiste et critique d'art.
Marie Canet, éd. François Bourin, 103 p.
14.00 €

Le féminisme ou la mort

En faisant du capitalisme patriarcal le dénominateur commun de l'oppression des femmes et de l'exploitation de la planète, Françoise d'Eaubonne offre de nouvelles perspectives au mouvement féministe et à la lutte écologiste. Pour empêcher l'assassinat généralisé du vivant, il n'y a aucune alternative sinon l'écoféminisme. C'est le féminisme ou la mort. Longtemps inaccessible, ce texte paru en 1974 et devenu référence, est introduit par deux chercheuses et militantes. À l'aune de leurs engagements et d'une lecture croisée de ce manifeste visionnaire, Myriam Bahaffou et Julie Gorecki soulignent les ambiguïtés de ce courant en pleine résurgence et nous proposent des pistes pour bâtir un écoféminisme résolument radical, intersectionnel et décolonial.
Françoise d'Eaubonne, préface de Myriam Bahaffou et Julie Gorecki, Le Passager clandestin, 335 p.
20.00 €

Produire la guerre, produire le genre : des Françaises au travail dans l'Allemagne nationale-socialiste (1940-1945)

Dans l'Europe de la Seconde Guerre mondiale, la production massive d'armes et la politique de collaboration économique ont bouleversé les rapports de genre. En explorant la vie quotidienne des ouvrières françaises à Berlin, l'historienne examine les dynamiques transnationales de fabrication du genre, autorisant à penser les histoires des femmes comme des réalités interdépendantes.
Camille Fauroux, éd. EHESS, 311 p.
19.00 €