Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Pinup Girls, Playmates et Bimbos

Etude consacrée à la pin-up américaine, née au XIXe siècle et apogée d'un archétype féminin vendeur et érotique incarné au fil du XXe siècle dans la flapper ou la lolita. Retrace ses origines, ses différentes métamorphoses et analyse son rôle dans la société de consommation.
Sébastien Hubier, le murmure, 92 p.
9.00 €

Manifeste contre la normalisation gay

Cet essai analyse la normalisation d'une partie de la communauté homosexuelle voulue par ses représentants et menée par l'Etat. Il s'interroge sur la pénétration des idées islamophobes et racistes dans cette communauté, sur le renoncement de la lutte homosexuelle et sur la focalisation sur la revendication du mariage.
Alain Naze, La Fabrique, 138 p.
12.00 €

Marianne et le garçon noir

Cet ouvrage "veut apporter une parole de l'intérieur sur l'expérience des Noirs de sexe masculin dans la France de notre temps, en particulier sur le sol hexagonal. Plus largement, c'est sur la présence noire que se penche l'ouvrage, afin d'en explorer les particularités dans l'espace français. Les contributions sont de divers ordres, mais elles prennent appui, pour l'essentiel, sur le vécu des auteurs. Le projet est né à la suite de violences policières impliquant des jeunes hommes noirs." L.M.
Dir. Léonora Miano, Pauvert, 272 p.
19.00 €

Les héroïnes des séries américaines : de Ma Sorcière Bien-Aimée à The Good Wife

Est-il possible pour les héroïnes de Sex and the City de réconcilier féminité et féminisme ? Les déceptions amoureuses d’Ally Mc Beal traduisent-elle un modèle romantique à bout de souffle ? Reflet des évolutions de la société, la fiction américaine met en scène idéologies, fantasme de l’amour et conflits entre hommes et femmes. Passant au crible soixante années de fiction télé américaine, Céline Morin analyse les relations amoureuses et les inégalités de genre en ouvrant un dialogue avec les théories féministes et une sociologie de la conjugalité et de l’individualisme.
Céline Morin, Presses Universitaires François-Rabelais, 288 p.
24.00 €

Le travail entre public, privé et intime : comparaisons et enjeux internationaux du care

De quoi la crise du care est-elle le nom ? De la crise des solidarités familiales ? De celle de l'État-providence ou encore du travail gratuit des femmes ? La perspective du care déplace les frontières entre le privé et le public, l'intime et le politique, la théorie et l'empirie. Cet ouvrage restitue l'effervescence actuelle des recherches sur le care. Il propose un regard pluriel, à partir d'enquêtes empiriques, sur le travail du care au Japon, au Brésil, en France, aux États-Unis, en Colombie, au Liban, en Argentine. Ce qui ressemble bien à un « mouvement du care » à l'échelle internationale est analysé à partir de trois thématiques principales : le care à l'aune des rapports sociaux, le care saisi dans la famille et le travail à domicile et enfin le care face aux discriminations et à l'action publique.
Coord. par Aurélie Damamme, Helena Hirata et Pascale Molinier, L'Harmattan, 248 p.
25.50 €

Le droit de ne pas aimer : les racines du "sextrémisme"

Que serait la femme sans amour ? Grand principe sacrificiel, assimilé à une impérieuse loi de la nature et considéré bien souvent comme une alternative aux comportements masculins basés sur l'agression, il devient ainsi une forme d'aliénation. Là où par définition elle est censée incarner la douceur, la maternité ou la séduction, une femme qui décide d'en finir avec cette surenchère affective doit se montrer suffisamment forte pour résister au discours culpabilisant. Sous cet angle, loin d'être une simple stratégie de communication, le « sextrémisme » proclamé par les Femen semble lié à l'envie de transcender la condition féminine
Ida Junker, L'Harmattan, 120 p.
14.00 €

Violette Nozière, la fleur du mal : une histoire des années trente

En 1933, Violette Nozière, 18 ans, empoisonne ses parents et devient la sombre icône des conflits de générations dans une France en crise. A travers l'analyse de cette affaire judiciaire qui défraya la chronique en son temps, l'auteure retrace une histoire des années 1930 et met au jour l'imaginaire social de cette période. Ce livre propose une manière de faire de l’histoire avec une affaire judiciaire, dépliée dans toutes ses dimensions. Jamais la micro-histoire n’aura autant révélé l’imaginaire social et sa dynamique.


Anne-Emmanuelle Demartini, Champ Vallon, 398 p.
27.00 €

Camarade Lune

Premier roman de Barbara Balzerani, publié en 1998, puis réédité en 2013. Elle a été l’une des femmes à occuper un poste stratégique au sein des Brigades rouges. Dans l’enceinte de la prison haute sécurité où elle a été incarcérée pendant de nombreuses années, elle a eu tout loisir de réfléchir à son parcours, à ses origines ouvrières, à réexaminer les réflexions politiques et les questionnements philosophiques qui l’ont conduite à un tel engagement. Car avant d’être l’histoire d’une génération politique ou celle d’une organisation armée, c’est bien celle d’une femme que ses origines ne sauraient réduire à telle ou telle catégorisation.
Barbara Balzerani, préface Erri De Luca, traduit de l'italien par Monique Baccelli, Cambourakis, 136 p.
18.00 €

Act-Up : une histoire

Cofondateur de l'association Act Up-Paris, l'auteur raconte les dix années durant lesquelles l'association de lutte contre le sida va construire et porter un discours politique sur cette maladie. Il montre comment elle a réussi à rendre visibles les séropositifs et la communauté gay, évoque aussi ses sentiments, ses espoirs et ses doutes.
Didier Lestrade, préface de Larry Kramer, avec un avant-propos de l'auteur (été 2017), Denoël, 520 p.
21.00 €

Luna la nuit

Toutes les nuits, Luna fait des cauchemars. Le matin, elle se prépare seule pour aller à l'école car sa mère est alitée. Même si elle est entourée par ses copines et par sa maîtresse, la petite fille n'ose parler de son mal-être. Quand son père lui annonce que sa demi-soeur va habiter avec eux, Luna est contente. Mais très vite, elle comprend que Marie a aussi peur de la nuit.
Ingrid Chabbert et dessin de Clémentine Pochon, Les enfants rouges, 88 p.
15.00 €

Poupée volée

Pourquoi Leda interrompt-elle brusquement ses vacances? Au bord de la mer, elle était subjuguée par une famille et en particulier une jeune femme, Nina, et sa fille Elena. Quand la petite Elena perd sa poupée, c’est toute la famille qui se mobilise pour la retrouver et ne pas gâcher ses vacances, jusqu’à mener des actions inquiétantes telle une battue organisée sur la plage. Or c’est Leda qui a pris la poupée. Pourquoi ce geste insensé? Le portrait d’une femme qui oscille entre raison et folie, un subtil jeu de miroirs grossissants servi par une écriture précise qui fouille avec justesse la moindre plaie.
Elena Ferrante, traduit de l'italien par Elsa Damien, Folio, 198 p.
7.20 €

Donner naissance : doulas, sages-femmes et justice reproductive

Prenant au mot la formule féministe « Le personnel est politique », des activistes, sages-femmes et doulas des États-Unis accompagnent les expériences de grossesse et d'accouchement en leur redonnant leur dimension politique. Alana Apfel, l'une de ces activistes de la naissance, a recueilli leurs histoires et témoignages. Préface de Silvia Federici.
Alana Apfel, traduit de l'américain par Adel Tincelin, Cambourakis,collection Sorcières, avant-propos de Loretta J. Ross, préface de Victoria Law, introduction de Silvia Federici, postface de Geneviève Pruvost collection Sorcières, 208 p.
20.00 €

Sexe et mensonges : la vie sexuelle au Maroc

Une enquête sur la sexualité des jeunes au Maroc et le malaise d'une société écartelée entre le sexe dans le mariage accepté socialement, et les pratiques sexuelles hors mariage ou hors la loi qui sont niées, notamment la prostitution, l'homosexualité, le tourisme sexuel. L'auteure dévoile la volonté des jeunes Marocaines de libérer leur corps de cette soumission sociale et de sortir des tabous.
Leïla Slimani, Les Arènes, 190 p.
17.00 €

Paroles d'honneur

L'auteure recueille des témoignages intimes qui révèlent le malaise d'une société hypocrite dans laquelle la femme ne peut être que vierge ou épouse, et où tout ce qui est hors mariage est nié : prostitution, concubinage, homosexualité. Le code pénal punit toute transgression. Toutes sont tiraillées entre le désir de se libérer de cette tyrannie et la crainte que cette libération n'entraîne l'effondrement des structures traditionnelles. Il s'agit de faire entendre la réalité complexe d'un pays où l'islam est religion d'Etat. Et où le droit des femmes passera, avant tout, par la défense de leurs droits sexuels.
Leïla Slimani et Laetitia Coryn, Les Arènes, 108 p.
20.00 €

Karen Dalton : jeunesse d'une femme libre, de Greenwich Village à Woodstock

Karen Dalton a été, au début des années 60, l’une des principales figures de la scène folk de Greenwich Village d’où ont également émergé des chanteurs comme Bob Dylan. Sa voix d’écorchée vive, esquintée par la vie, l’alcool et les drogues, rappelait immanquablement celle de Billie Holiday. Elle fut toujours située à la marge, à sa façon, l’une des premières hippies. Dans sa vie personnelle, elle était aussi une femme libre et très indépendante. Elle meurt du sida en 1993.
Cédric Rassat, dessin de Ana Rousse, Sarbacane, 158 p.
19.50 €

Les Amazones : quand les femmes étaient les égales des hommes (VIIIè s av JC-Ier s ap JC)

Depuis l’Iliade jusqu’à Pompée en passant par Alexandre le Grand, les mythiques Amazones ont toujours fasciné les Grecs, puis les Romains : des guerrières qui rivalisaient avec les héros grecs par leur courage et leurs prouesses militaires. Mais sont-elles seulement un mythe, un fantasme ? L'auteure révèle que les Amazones trouvent leur origine dans la réalité historique et met à bas le mythe selon lequel il n’y aurait jamais eu de femmes guerrières. Les découvertes archéologiques ont permis d’identifier les restes de guerrières mortes au combat. On a longtemps cru qu’un squelette accompagné d’armes était celui d’un homme.
Adrienne Mayor, traduit de l'américain par Philippe Pignarre, préface de Violaine Sebillotte Cuchet, La Découverte, 560 p.
25.00 €

Trop noire pour être Française

À six ans, Isabelle découvre qu'elle est noire. Elle rêve d'incarner Marie dans la crèche vivante de son école, elle sera Balthazar, le roi mage venu d'Afrique. Pour cette petite fille élevée dans un quartier chic de Paris, c'est un choc. Le racisme au quotidien fait irruption dans sa vie. De Paris à Abidjan, des bancs de l'école catholique aux coulisses de la télévision, Isabelle Boni-Claverie se raconte. Femme noire issue d'un milieu privilégié, elle doit pourtant se rendre à l'évidence : en France, la classe n'efface pas la race.
Isabelle Boni-Claverie, Tallandier, 348 p.
19.90 €

Femmes photographes, une sous-exposition manifeste

Ce magazine de la photographie consacre ce hors-série aux femmes photographes car malgré le constat de leur présence dans tous les domaines de la photographie, la parité est loin d'être au rendez-vous. Ce numéro ouvre sur un manifeste qui dresse un état des lieux et revendique un changement manifeste.
Revue Fisheye, Hors-série n°3
5.90 €