Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Akata Witch

"Mon nom est Sunny Nwazue et je perturbe les gens. Je suis nigériane de sang, américaine de naissance et albinos de peau.(...) Être albinos fait du soleil mon ennemi. Ma peau brûle tellement vite que j'ai parfois l'impression d'être inflammable. C'est pour ça que je n'ai jamais pu jouer au foot, alors que je suis douée. Je ne pouvais le faire que la nuit. Bien sûr, tout ça, c'était avant cette fameuse après-midi avec Chichi et Orlu, quand tout a changé. (...) Rien n'aurait pourtant pu me préparer à ma véritable nature de Léopard. Être un Léopard, c'est posséder d'immenses pouvoirs. Si j'avais su en les acceptant qu'il me faudrait sauver le monde, j'y aurais peut-être réfléchi à deux fois." Roman ado.
Nnedi Okorafo, traduit de l'anglais (Nigéria) par Anne Cohen Beucher, Ecole des loisirs, 367 p.
18.00 €

Toxoplasma

A Montréal, l'affrontement entre les partisans du libéralisme et les anarchistes a plongé la ville dans le chaos. Réfugiée dans un vidéo club, Nikki Chanson loue tant bien que mal des cassettes VHS, aime suivre les faits divers sanglants et regarder des films d'horreur avec sa copine Kim, une coureuse des bois virtuelle. Elles s'associent à Mei pour résoudre une conspiration politique. De la cyberfiction poétique et queer, Grand prix de l’imaginaire 2018 (roman francophone).
Sabrina Calvo, Folio, 379 p.
8.50 €

Tant pis pour l'amour

L'autrice raconte son coup de foudre pour Marcus. Si leur histoire se déroule bien dans un premier temps, elle s'aperçoit rapidement qu'il s'agit d'un manipulateur narcissique et doit affronter ses mensonges, ses incohérences et ses réactions violentes.
Sophie Lambda, Une case en moins, 303 p.
23.95 €

Woman World

Alors que toute présence masculine a disparu de la surface de la Terre et que les désastres environnementaux se succèdent, un groupe de femmes résiste. Fortes et résilientes, celles-ci cherchent des vestiges de la culture du XXIe siècle, remettent le monde en ordre de marche et vont jusqu'à le réinventer, dans le respect de principes féministes.
Aminder Dhaliwal, traduit de l'anglais (Canada) par Clémentine Beauvais, La Ville brûle, 255 p.
22.00 €

Gaïa changera le monde

Gaïa, 10 ans, est une génie des mathématiques qui aime protéger la planète. Elle trie ses déchets, baisse le chauffage et déteste le gaspillage. En grandissant, ses convictions sont restées les mêmes. Elle décide de mettre son talent au service de la planète, notamment en créant un projet de vivre-ensemble. Avec un manuel comprenant des conseils concrets pour protéger l'environnement. Pour les 7-11 ans
Paula Anacaona & Claudia Amaral, Anacaona, 48 p.
13.00 €

Sacrées sorcières

Les sorcières n'ont qu'un but, éliminer les enfants qu'elles détestent, grâce à leur apparence tout à fait ordinaire. Un jeune garçon qui vit avec sa grand-mère, chasseuse de sorcières, apprend à les reconnaître à ses dépens, tout en déjouant un complot mené par la Grandissime sorcière.
Roald Dahl & Pénélope Bagieu, Gallimard, 299 p.
23.90 €

Drôles de femmes

Les mains en l'air ! Le premier qui pète, je lâche ! Elles nous font rire, mais comment ont-elles osé se lancer dans cette carrière ? Maria Pacôme, Anémone, Yolande Moreau, Dominique Lavanant, Claire Bretécher, Amélie Nothomb, Tsilla Chelton, Florence Cestac, Michèle Bernier, Sylvie Joly... Julie Birmant et Catherine Meurisse les ont rencontrées. Qu'elles aient commencé dans l'après-guerre, dans les années 70 ou sous Mitterrand, il leur a fallu braver les préjugés, nager à contre-courant. Où l'on en apprend de belles, tordantes parfois, surprenantes toujours.
Julie Birmant, Catherine Meurisse, Dargaud, 92 p.
19.99 €

C'est comme ça que je disparais

Clara, une jeune femme, souffre de dépression. Elle raconte son quotidien, les difficultés auxquelles elle doit faire face ainsi que l'importance du soutien et de l'écoute.
Mirion Malle, La ville brûle
19.00 €

Le chemin de Jada

Jumelles, Iris et Jada ont pourtant une couleur de peau différente. Lors d'une partie de cache-cache qui se prolonge jusqu'à la nuit tombée, Jada s'aventure dans la forêt et découvre que sa beauté est réelle même si elle n'est pas semblable à sa soeur. Un album sur la réconciliation, la sororité et l'acceptation de soi qui reprend les codes du conte africain.
Laura Nsafou et Barbara Brun, Cambourakis, 30 p.
14.00 €

La fin de l'amour. Enquête sur un désarroi contemporain

L'autrice explore les différentes façons qu'ont les relations amoureuses de prendre fin, d'avorter avant même de commencer ou de se dissoudre faute d'engagement durable ou réciproque. Elle montre que si l'enjeu de l'amour moderne a été celui du libre choix du partenaire, il s'agit désormais d'avoir la liberté de ne pas choisir ou de se dégager, l'incertitude marquant les relations affectives.
Eva Illouz, Seuil, 415 p.
22.90 €

Trouble dans la matière

"Pour une épistémologie matérialiste du sexe". Dans Trouble dans le genre, pour déconstruire les catégories naturalisantes (« homme » et « femme »), J. Butler inscrit sa critique du sexisme dans une critique plus globale de l'hétérosexisme. Trouble dans la matière s'ouvre sur le contexte polémique de la réception de Judith Butler en France, dans les cercles où l'on reproche aux études de genre de semer le trouble dans la lutte des classes. En mettant au jour la dimension matérialiste de la thèse butlerienne de la construction discursive du sexe, l'ouvrage interroge en retour la fécondité de son analyse du pouvoir des mots pour la critique sociale d'inspiration marxiste.
En explorant la postérité singulière de Marx, d'Althusser à Foucault, au prisme de l'épistémologie de Canguilhem, Audrey Benoit fait de la construction discursive du « sexe » le point de départ d'une réflexion générale sur la production de la réalité sociale par les discours qui prétendent la décrire.
Audrey Benoit, éd. de la Sorbonne, 359 p.
24.00 €

Les deux vies d'Abel Barbin, née Adélaïde Herculine (1838-1868)

Seul manuscrit connu d'un.e "hermaphrodite" au XIXe siècle, les Souvenirs d'Adélaïde Herculine, dite Alexina Barbin, ont été publiés en 1978 par Michel Foucault sans que l'anonymat des personnes et des lieux jalonnant son parcours n'ait pu être levé. Ce texte est devenu iconique dans l'histoire de la transidentité. Une recherche approfondie dans les archives a permis de reconstituer avec précision la jeunesse de la pieuse Barbin en Charente-Maritime. De l'hospice au couvent, du cours normal d'institutrices à son premier poste, de son départ pour Paris à son suicide, Adélaïde Herculine devenue Abel livre une part de ses mystères. Accompagné d'un essai sur les « erreurs de sexe », qui la.le replace dans l'histoire des intersexes au XIXe siècle, l'ouvrage interroge la pertinence de l'ordre sexuel binaire, à l'heure où se développe le militantisme en faveur d'une fluidité transidentitaire et où de nombreux pays légalisent un « troisième » ou « autre » sexe.
Gabrielle Houbre, PUF, 309 p.
21.00 €

Rebellez-vous ! le harcèlement de rue et les violences font partie du quotidien des femmes : ce jour-là, j'ai dit non

Un jour qu'elle rentre chez elle, M. Laguerre est interpellée par un homme. Refusant de baisser le regard, elle l'invective mais celui-ci la frappe en retour. La vidéo fut visionnée des millions de fois et la jeune femme est devenue un symbole dans la lignée du mouvement #MeeToo. Devenue féministe, elle rappelle ici la nécessité pour les femmes de ne plus se laisser faire. Un manifeste plein d'outils et de conseils.
Marie Laguerre avec Laurène Daycard, L'iconoclaste, 286 p.
18.00 €

Le genre du capital : comment la famille reproduit les inégalités

"On sait que le capitalisme au XXIe siècle est synonyme d'inégalités grandissantes entre les classes sociales. Ce que l'on sait moins, c'est que l'inégalité de richesse entre les hommes et les femmes augmente aussi, malgré des droits formellement égaux et la croyance selon laquelle, en accédant au marché du travail, les femmes auraient gagné leur autonomie. Pour comprendre pourquoi, il faut regarder ce qui se passe dans les familles, qui accumulent et transmettent le capital économique afin de consolider leur position sociale d'une génération à la suivante. Les mécanismes de contrôle et de distribution du capital varient selon les classes sociales, mais aboutissent toujours à la dépossession des femmes. Ce livre analyse ainsi comment la société de classes se reproduit grâce à l'appropriation masculine du capital."
Céline Bessière et Sibylle Gollac, La Découverte, 326 p.
21.00 €

Notre corps, nous-mêmes

Paru pour la première fois aux États-Unis en 1973, rédigé par un collectif de femmes, cet ouvrage a été adapté en français en 1977. Ce livre en est une version entièrement réactualisée. Il s’adresse à toutes les femmes, et parle de ce qu’elles ont toutes en commun : le corps. Puberté, sexualité, contraception, avortement, accouchement, vieillesse, mais aussi riposte et émancipation… À travers de multiples récits d’expérience, des témoignages récoltés lors de groupes de parole et d’entretiens, mais aussi des données médicales et scientifiques, ce manuel féministe propose des outils permettant aux femmes de mieux se connaître et de se sentir plus sûres et plus fortes, ensemble.
collectif, Hors d'atteinte, 384 p.
24.50 €

Hétéro, l'école ? : plaidoyer pour une éducation antioppressive à la sexualité

L'école enseigne-t-elle l'hétérosexualité? Y apprend-on les bonnes et les mauvaises manières d'être une fille ou un garçon? Dans la cour de récréation comme en classe, les jeunes ont tôt fait de comprendre quels corps, quels comportements et quelles attirances sont admissibles. Et c'est peut-être dans les cours d'éducation à la sexualité que ces messages sont transmis le plus directement.Ce livre passe au crible une culture scolaire qui contribue à reconduire des normes de genre et de sexualité, souvent à son insu.
Gabrielle Richard, Remue-ménage, 166 p.
14.00 €

Du côté des jeunes filles : discours, (contre-)modèles et histoires de l'adolescence féminine (Belgique, 1919-1965)

Ce livre analyse les discours, les modèles et les contre-modèles d'une adolescence féminine qui charrie encore aujourd'hui son lot d'inquiétudes. À travers une analyse socioculturelle de la notion d'adolescence, Laura Di Spurio retrace les mutations et les permanences de la figure de la jeune fille. Au cours du XXe siècle, l'adolescence se mue en classe d'âge pour bientôt devenir un espace culturel, social et biopsychologique. L'adolescence devient un principe explicatif « pour toutes ». Cet ouvrage à partir d'un corpus de sources variées, raconte un demi-siècle d'histoire du côté des jeunes filles.
Laura Di Spurio, Editions de l'Université de Bruxelles, 298 p.
25.00 €

Sextant, n° 36 : No children, no cry

Le slogan féministe des années 1970 « Un enfant quand je veux, si je veux » résonne encore aujourd'hui. Mais il interroge peu le choix de ne pas être mère. Pourtant, elles sont nombreuses à avoir fait le choix d'une vie sans enfant. Face à « l'évidence du naturel », devant l'injonction moderne au désir d'enfant, ces femmes sont souvent qualifiées de déviantes, d'anormales, d'égoïstes. Ceux et celles qu'on appelle désormais les « croisés de la dénatalité » se font plus visibles et revendiquent publiquement leur non-désir d'enfant. Par ailleurs, l'expérience de la maternité elle-même se transforme et se diversifie. La maternité et le refus de celle-ci sont au coeur de nombreux débats contemporains.
Numéro coordonné par Anne-Sophie Crosetti et Valérie Piette, Editions de l'Université de Bruxelles, 216 p.
22.00 €