Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Défriche coupe brûle

Trois générations de femmes, une guérilla populaire, des forêts reculées. À travers ces femmes sans nom, c'est le point de vue de celles qu'on entend rarement, femmes du peuple qui se sont retrouvées propulsées dans l'Histoire et doivent ensuite retrouver la vie « normale » : le patriarcat, le harcèlement, le ménage.
Claudia Hernandez, traduit de l'espagnol (Salvador), par René Solis, Métailié, 304 p.
21.50 €

Grand Union

Dans ce premier recueil de nouvelles, Zadie Smith entrelace les thèmes, les registres et les points de vue, elle nous invite à la rencontre d'un cortège de personnages : un homme dont c'est le dernier jour sur terre, une quadragénaire revivant par la pensée ses années d'université et s'interrogeant sur la versatilité du désir, un groupe de touristes anglais déconnectés des réalités, des célébrités américaines en fuite... Elle questionne les héritages qui nous hantent, les appartenances culturelles, les relations familiales, l'identité raciale ou encore la pluralité de la condition féminine.
Zadie Smith, traduit de l'anglais par Laetitia Devaux, Gallimard, 288 p.
21.00 €

L'écriture sur le corps des femmes assassinées de Ciudad Juarez

Entre 1993 et 2003, on s'en souvient, près de 1 500 jeunes femmes furent assassinées à Ciudad Juarez avec une hallucinante sauvagerie. Personne n'y comprenait rien. On fit alors appel à une anthropologue, Rita Laura Segato, pour saisir le sens de cette vague de violence dirigée contre des femmes. La haine n'était pas le mobile, puisque, à l'évidence, les meurtriers ne connaissaient pas leurs victimes. Alors, pourquoi les tuait-on ? Et pourquoi ces crimes demeuraient-ils impunis ? La théorie développée par Segato est aujourd'hui discutée dans le monde entier et son essai est devenu l'une des principales références des études sur les féminicides et les violences de genre.
Rita Laura Segato,traduit de l'espagnol (Argentine) et préfacé par Irma Velez, postface de Pascale Molinier, Payot, 154 p.
8.00 €

Féminine

« T'as vu comment tu t'habilles ? », « Sois belle et tais-toi ! »... Autant d'injonctions auxquelles Gabrielle ne croit pas. Elle, ce qu'elle aime, c'est la boxe et le rugby, c'est dire ce qu'elle pense et exprimer son point de vue. Elle ne comprend pas pourquoi elle devrait être considérée comme une petite chose fragile. Surtout pas par Maël, le garçon populaire de sa classe, qui ne cesse de lancer des remarques sexistes à toutes les filles. Mais Gabrielle ne compte pas se laisser faire... car ici ou ailleurs, elle a décidé de vivre comme elle l'entend.
Louison Nielman, Scrineo, 174 p.
10.90 €

La bataille du genre : du mariage pour tous à la PMA

Querelle sur les manuels scolaires, opposition à l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, débats sur la PMA et la GPA, mise en cause du droit à l'avortement. La pensée et les mobilisations conservatrices connaissent un regain de vigueur depuis les années 1990. Le positionnement que l'on peut qualifier d'« anti-genre » fait aujourd'hui partie des postures intellectuelles et politiques qui sont celles des conservatismes de tout poil.Le caractère plurivoque du terme « nature », qui se situe au coeur de la bataille du genre, a en outre permis des convergences militantes parfois incongrues, autour notamment de l'écologie intégrale, mais nourrit aussi des malentendus.
Céline Béraud, Fayard, 184 p.
18.00 €

Les femmes aussi sont du voyage : l'émancipation par le départ

Un essai sur le rôle que peut avoir le voyage dans l'émancipation féminine. A l'instar de Pénélope et Ulysse, les femmes sont habituellement captives de leur logis tandis que les hommes explorent le monde. Le départ représente ainsi un acte fondateur pour elles comme le montre l'auteure en convoquant son expérience personnelle et en citant N. Bly, I. Eberhardt, E. Maillart ou S. Marquis.
Lucie Azema, Flammarion, 330 p.
20.00 €

Aux pays du machisme ordinaire

Ghada Hatem-Gantzer n’a jamais accepté la terrible comptabilité de l’outrage et de la violence infligés aux femmes (plus de 200 M de femmes sont excisées dans le monde – dont environ 60 000 en France –, 4 M de femmes sont vendues chaque année, les 2/3 des analphabètes sont des femmes, plus de 30 % des femmes sont confrontées à la violence conjugale, une femme meurt chaque minute en accouchant…). C’est pourquoi elle a créé en 2016 la Maison des femmes à Saint-Denis, qu'elle œuvre pour le droit d’asile des femmes homosexuelles ou encore l’éducation des enfants. Ce médecin engagé répare, alerte, accompagne, soigne, propose.
Dr Ghada Hatem-Gantzer, entretien avec José Lenzini, L'Aube, 90 p.
9.50 €

Nous vous écrivons depuis la révolution : récits de femmes internationalistes au Rojava

Recueil de témoignages de douze femmes engagées dans la révolution du Rojava, au Kurdistan syrien, membres des comités populaires, des forces d'autodéfense ou encore simples voyageuses inspirées par cette expérience communautaire égalitaire. Lettres, poèmes, carnets de voyages, réflexions, chansons et interviews dévoilent la diversité des personnalités et des itinéraires.
Collectif, Syllepse, 190 p.
12.00 €

De l'exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias

Les textes rassemblés dans cet ouvrage explorent les questions de l’inclusion et de l’exclusion médiatiques. Que décoder du traitement média réservé au port du hijab dans le sport, aux agressions sexuelles à l’endroit des femmes noires et autochtones, ou encore, de la place de la sourditude et des transidentités dans l’espace public? Un recueil qui amène son lot de réponses éclairantes et douloureuses, une rareté dans le paysage des études culturelles et médiatiques francophones.
dir. Josette Brun, remue-ménage, 308 p.
20.00 €

Le livre noir de la mode. Création, production, manipulation

Véritable art pour certains, purement utilitaire pour d'autres, s'habiller est indispensable pour tous.tes et constitue parfois un moyen d'affirmation de soi. Cette industrie est pourtant devenue le symbole du capitalisme de séduction et d'une mondialisation malade. Système complexe d'exploitations et d'oppressions, elle repose sur différents types d'esclavage moderne. Derrière la poésie des motifs et des formes, les corps naturels améliorés à coups de bistouri ou de Photoshop, se cachent le travail des enfants, la discrimination, les abus et le harcèlement des patrons d'usines, les bas salaires, la mise en danger des travailleurs.euses comme des consommateurs.trices, les dégradations environnementales.
Audrey Millet, Les Pérégrines, 268 p.
20.00 €

Féminisme & pop culture

Dans un essai documenté, passionné et engagé, Jennifer Padjemi explore l'alliance, pour le meilleur et pour le pire, du féminisme et de la pop culture. En reprenant le fil des mouvements féministes modernes, du concept « body positive » au phénomène #MeToo et en se fondant sur son expérience de femme noire, elle décortique le rapport que nous entretenons avec les objets culturels les plus populaires. Biberonnés aux clips vidéo, chansons grand public et maintenant aux séries TV, notre consommation de divertissement façonne, accompagne, et parfois challenge notre vision du monde. En utilisant la pop culture comme un miroir de notre société mondialisée, l'auteure questionne le genre, la sexualité et l'intersectionnalité, interroge les liens d'interdépendance entre consommation de masse et idéologie progressiste.
Jennifer Padjemi, Stock, 339 p.
20.50 €

Ragnagna et moi, vol. 1

L'arrivée de Ragnagna est souvent redoutée mais bien que se sachant détestée, elle accomplit sa mission avec professionnalisme, chaque mois. En dépit des apparences, elle est une alliée des femmes que son absence prolongée peut inquiéter. Un manga qui joue avec les tabous liés aux règles, avec humour et candeur. Prix Tezuka 2019
Ken Koyama, traduit du japonais par Sophie Piauger, Ki-oon, 192 p.
15.00 €

Toutes les fois où je me suis dit... je suis gay !

Ellie est une petite fille singulière. Elle porte du noir, est obsédée par le personnage de Willow dans Buffy contre les vampires et ne semble pas beaucoup s'intéresser aux garçons. Oui, parce qu'Ellie est lesbienne. Mais cela va lui prendre de nombreuses années et des coming out à répétition avant d'accepter pleinement qui elle est. E. Crewes dresse un autoportrait tendre et drôle sur l'exploration de sa sexualité et sa recherche d'identité qui se mêlent au difficile passage de l'adolescence à l'âge adulte.
Eleanor Crewes, traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Claire Martinet, Steinkis, 317 p.
18.00 €

Poèmes queer

Deux recueils de poèmes en grande partie autobiographiques dans lesquels l'auteure sert un engagement politique en faveur des femmes, des lesbiennes, des trans et de toute la communauté LGBTQI. La poésie de Txus Garcia se veut à la fois scripturale et scénique, faite de masques et de voix plurielles, mêlant humour et tragique. L'écriture est informée dans son lexique, sa syntaxe, sa tonalité, par les glissements - ludiques, parodiques ou sérieux - des genres. L'inclusion de registres souvent écartés, d'une culture populaire parfois méprisée (notamment télévisuelle), d'un lexique technique participent d'une refonte du langage poétique à l'aune d'une tendance « lesbienne queer ».
Txus Garcia, traduit de l'espagnol par Lucie Lavergne, PU Blaise-Pascal, 317 p.
12.00 €

Les pièges du consentement. Pour une redéfinition pénale du consentement sexuel

Le monde entier bruisse des cris de révolte des victimes de violences sexuelles. De ces femmes et de ces enfants que l'on a dit consentant.es et dont l'agresseur a pu soutenir qu'il croyait en leur assentiment - parce que non, « je ne l'ai pas forcée » - et parce que oui, elle était d'accord puisqu'elle « n'a pas réagi », « ne s'est pas débattue », « a partagé le secret », « est revenue », « ne s'est pas enfuie »... Autant d'arguments au coeur de la stratégie de défense classique des agresseurs, ancrée dans la croyance tenace selon laquelle les violences sexuelles sont, au pire, des jeux qui ont mal tourné. « Que vaut le consentement des femmes dans un contexte de domination structurelle ? » demande Catherine Le Magueresse. Ce livre propose de réfléchir à une redéfinition du consentement sexuel qui au lieu de justifier l'asservissement garantirait enfin la liberté de choix.
Catherine Le Magueresse, iXe, 225 p.
16.00 €

L'amazone verte : le roman de Françoise d'Eaubonne

Une biographie personnelle de Françoise d’Eaubonne (1920-2005), essayiste et militante féministe française qui a inventé trois mots : phallocrate, sexocide et écoféminisme. Egalement activiste antinucléaire. Alors qu'elle reste méconnue en France, l'autrice présente les multiples aspects de sa pensée. Elle mêle intime et politique pour évoquer cette femme exceptionnelle.
Elise Thiébaut, Charleston, 244 p.
18.00 €

Abécédaire joyeux et décomplexé du féminisme

Cet abécédaire au ton décalé, drôle, définit les différents courants féministes, rappelle les questions historiques, les nouveaux enjeux, les apports de la pop culture, les mots tels que mansplaining, slut shaming, empowerment etc.
Clarence Edgard-Rosa, lettrines dessinées par Lucie Birant, Pocket, 224 p.
7.60 €

Survivre au sexisme ordinaire

Sous-titré "Analyses et techniques de 18 féministes pour le mettre K.O., ce livre analyse avec humour les remarques et les situations sexistes courantes, depuis l'insulte de féminazie jusqu'à la qualification d'hystérique, et livrent des conseils pour lutter contre les discriminations du quotidien. Avec, entre autres, Marie Kirschen Elise Thiébaut, Pauline Harmange, Ovidie, Kiyémis, Fiona Schmidt, Valérie Rey-Robert, Paul B. Preciado, Rebecca Amsellem...
coll., Librio, 109 p.
5.00 €