Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Anveshan Conspiration

Planète Terre, Mégalopole Europa, Transdistrict Nord, mai 2216. Finn, une Ranger améliorée biomécaniquement par l’EuroLab, vient en aide à une inconnue en détresse. Issue d’un riche Quartier de Haute Sécurité, Mila décide alors de l’embaucher pour assurer sa protection dans les zones malfamées dont elle ne maîtrise pas les codes. Une mission peu ordinaire pour la Ranger qui ne crache pas sur l’argent facile. Mais rapidement Finn comprend que la mystérieuse clé USB protégée par Mila pourrait révéler des secrets dérangeants pour l’EuropaCorp. Lorsqu’elles rencontrent le docteur van Miersen, les deux jeunes femmes prennent conscience de l’ampleur du complot. En quête de réponses et traquées par deux gangs rivaux, arriveront-elles à survivre ?
Sylvie Géroux, Reines de coeur, 306 p.
19.90 €

Nouveau départ

Ashley Davidson a tout plaqué à San Francisco pour partir à l’autre bout du pays ! La jeune femme déchante rapidement en voyant l’état de délabrement de la maison dont elle a hérité. Habituée à ne pas baisser les bras, elle embauche Benji, son jeune voisin, pour l’aider dans ses travaux. Le grand-père du garçon, propriétaire du seul magasin de bricolage de la ville, vient leur prêter main forte. Si le clan MacMillan est sous le charme d’Ashley, Katherine, la mère célibataire du jeune homme, ne voit pas d’un très bon œil cette intrusion dans sa vie de famille. Qui est cette mystérieuse inconnue un peu trop parfaite ?

Marie Parson, Reines de coeur, 280 p.
19.90 €

Happy Family

"L'émancipation des Afro-Américains, des femmes, la liberté d'être et la conscience de soi qui jaillissent des années 60-70 promettent des lendemains qui chantent. Mais les stéréotypes, les codes sociaux, les traditions qui ont construit et nourrissent le racisme et le sexisme, depuis si longtemps, ne s'éteindront pas en un jour. Ce dernier livre de l'autrice, plonge le lecteur dans les relations amoureuses, familiales et amicales de ses personnages. Et comme dans "Journal d'une femme noire", elle explore, à travers une multiplication de points de vue, les mondes intérieurs et complexes de ses personnages, nourris de culture et de rencontres, en butte à un monde extérieur souvent séduit par les simplifications."
Kathleen Collins, traduit de l'américain par Marguerite Capelle et Hélène Cohen, Portrait, 134 p.
15.00 €

Pipes de terre et pipes de porcelaine : souvenirs d'une femme de chambre 1920-1940 publiés par Luc Weibel

Voici les souvenirs de Madeleine Lamouille : les temps de l'enfance, la faim au ventre, dans les années 1900, puis l'adolescence dans une « manufacture-internat » ; l'engagement, surtout, comme femme de chambre dans une famille de l'aristocratie vaudoise, puis dans une maison bourgeoise de Genève. À la campagne comme à la ville, bonnes et cuisinières sont des « pipes de terre » quand leurs maîtres seraient de « porcelaine ». Mais si Madeleine Lamouille connaît sa place auprès de « Monsieur » et de « Madame », elle sait se faire entendre pour obtenir un minimum de considération. Presque un siècle après, son récit n'a rien perdu de son actualité. Il en dit long sur cet esclavagisme des temps modernes.
Madeleine Lamouille, préface de Michelle Perrot, Zoe, 144 p.
16.00 €

Les Bâtardes

"Des cousines que sépare une dispute familiale, deux jeunes femmes que tout oppose éprises l'une de l'autre, le désastre d'un amour virtuel, une visite sordide dans une école défavorisée. Ce pourrait être les vies de femmes banales, mais elles sont quiltras. Avant tout des « sans race, sans classe », des « chiennes bâtardes ». Arelis Uribe écrit ce que la littérature chilienne a eu l'habitude de taire. Style incisif, écriture dépouillée, « je » intime, elle se fait le porte-parole de celles que le Chili méprise et discrimine."
Arelis Uribe, traduit de l'espagnol (Chili) par Marianne Millon, Quidam, 116 p.
14.00 €

Femmes, corps et révolution

Quatre femmes de nationalités différentes, de langues différentes, traversent les années tumultueuses de la révolution bolchevique. Elles s’appellent : Rosa Luxemburg, Clara Zetkin, Alexandra Kollontaï et Asja Lacis. Elles sont des militantes, des artistes, des activistes et chacune d’elles apportera une contribution spécifique et originale à la révolution. Tandis que R. Luxembourg questionne les structures du pouvoir envisagés par les Soviets, C. Zetkin se bat pour les droits des femmes, A. Kollontaï critique le patriarcat et affirme la liberté sexuelle et A. Lacis travaille pour un théâtre à destination des enfants démunis.
Alexandra Kollontaï, Asja Lacis, Rosa Luxemburg, Clara Zetkin, préface de Tiziana Villani, Eterotopia, 185 p.
17.00 €

Déprivilégier le genre : faire contre et être (tout) contre le genre

Dans la perspective de la lutte contre les exclusions et les violences liées au genre, qui progresse dans les Etats démocratiques, l'auteur de cet essai dresse un état des lieux de cette question, des mouvements LGBTQ à #MeToo, et prône une approche particulière consistant à déprivilégier, à dégénitaliser, à débinariser le genre ou encore à l'exacerber.
Arnaud Alessandrin, Double ponctuation, 130 p.
14.00 €

Jane, un meurtre et Une partie rouge : autobiographie d'un procès

L'écrivaine raconte l'histoire de sa tante Jane, une étudiante en droit à l'université du Michigan assassinée en 1969. A travers une série de collages de poésie, sources documentaires, fragments du journal intime de la disparue, brèves dans les journaux et enquête, elle explore la nature de ce fait divers. La seconde partie, récit du procès, démarre avec l'arrestation d'un suspect. Cet ensemble "Le livre de Jane" est un document littéraire sur un féminicide et sur la violence à l'oeuvre dans nos sociétés.
Maggie Nelson, traductions de l'américain par Céline Leroy et Julia Deck, du Sous-Sol, 448 p.
23.00 €

Féminisme washing : quand les entreprises récupèrent la cause des femmes

La journaliste dénonce la pratique du "féminisme washing" ou son pendant publicitaire le "femvertising" de nombreuses entreprises internationales qui cherchent à attirer les foules avec un message se voulant féministe alors que peu d'entre elles peuvent se targuer de l'être dans leurs actes. Tentant de définir ce qu'est une entreprise féministe et de situer la frontière entre sincérité et rentabilité, elle met également en avant les contradiction des consommateurs.
Léa Lejeune, Seuil, 256 p.
19.00 €

Mon genre d'histoire

Historienne du féminisme, de l'antiféminisme et du genre, C. Bard évoque ce qui l'a guidée et animée dans son parcours et éclaire les débats vifs qui animent la société depuis #MeToo au regard d'une longue histoire souvent méconnue. Elle défend une vision du travail scientifique articulé à un engagement militant.
Christine Bard avec Jean-Marie Durand, PUF, 204 p.
15.00 €

La Déferlante n° 1. Naître : aux origines du genre

La "revue des révolutions féministes" se donne pour objectif de démocratiser les savoirs universitaires et militants pour déconstruire le patriarcat. Le premier numéro est consacré à la question du genre, sur la manière dont on devient un garçon ou une fille, sur la transition de genre ou encore l'aspect politique de la naissance. Au sommaire : interview croisé Annie Ernaux/Céline Sciamma, Françoise d'Eaubonne, La Tesis, Audre Lorde, portfolioNacy Wangue-Moussissa, etc.
coll., La Déferlante, 160 p.
19.00 €

Herstory. Histoire(s) des féminismes

De A comme Adelphité à W comme Wonder Woman, Herstory est le livre de vulgarisation parfait pour celles et ceux qui souhaitent découvrir (ou approfondir) cette histoire passionnante : très bien renseigné et très précis, drôle et léger, faisant une large part à la pop culture et superbement illustré, il vous emmènera à la découverte de l’histoire sociale, politique et populaire des féminismes. Herstory est une plongée dans cette épopée fascinante qui a bouleversé nos sociétés. L’histoire de ces combats n’aura plus de secrets pour vous.
Merie Kirschen, ill. Anna Wanda Gogusey, La ville brûle, 262 p.
25.00 €

Viendra le temps du feu

« Elles étaient toutes brisées et pourtant incassables. Elles existaient ensemble comme un tout solidaire, un orchestre puissant, les organes noués en ordre aléatoire, un grand corps frémissant. Et j'étais l'une d'entre elles. » Une société totalitaire aux frontières closes, bordée par un fleuve. Sur l'autre rive subsistent les vestiges d'une communauté de résistantes inspirée des Guérillères de Monique Wittig. Dans la capitale du territoire fermé, divers personnages se racontent, leurs aspirations, leurs souvenirs, comment survivre, se cacher et se faufiler dans un monde où les livres sont interdits. Une dystopie où se reflètent les crises que nous traversons aujourd'hui. Un roman choral poétique et incandescent, où l'on parle d'émancipation des corps, d'esprit de révolte et de sororité. Un hommage à la littérature et à son potentiel émancipateur et subversif.
Wendy Delorme, Cambourakis, coll. Sorcières, 265 p.
18.00 €

Foucault en Californie

Demeuré inédit pendant plus de quarante ans, ce témoignage consigné par un jeune universitaire californien relate cette nuit de mai 1975 dans la Vallée de la Mort du désert des Mojaves, lors de laquelle, avec d'autres Américains, il a entraîné le philosophe français M. Foucault à ingérer une dose de LSD. Un récit détaillé d'un épisode biographique longtemps tenu pour sujet à caution.
Simeon Wade, préface de Heather Dundas, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Gaëtan Thomas, Zones, 143 p.
16.00 €

Nellie Bly. Dans l'antre de la folie

Biographie en bande dessinée de la pionnière américaine du journalisme d'investigation N. Bly (1864-1922), qui s'est fait passer pour folle afin de pouvoir enquêter sur le traitement réservé aux résidentes de l'hôpital psychiatrique de Blackwell à New York. Elle y découvre un univers glacial où le sadisme et la misogynie dominent et où l'internement arbitraire est monnaie courante.
Virginie Ollagnier et Carole Maurel, Glénat, 144 p.
22.00 €

Numérique, compter avec les femmes

Directrice de recherche à l'INRIA, l'auteure dresse un état des lieux de la relation entre les femmes et les métiers du numérique, puis propose des mesures et des solutions précises pour mettre fin à la sous-féminisation de professions encore largement dominées par les hommes. Récapitulant l'histoire de cette relation, elle montre que le sexisme a existé et existe toujours dans ce secteur. De la pionnière Ada Lovelace, première programmeuse, injustement méconnue, à Grace Hopper qui a posé les bases du langage Cobol, des biais de genre sur Wikipédia aux clichés véhiculés par les réseaux sociaux, un livre court et incisif pour montrer le sexisme d'un secteur crucial de l'économie.
Anne-Marie Kermarrec, préface de Gérard Berry, O. Jacob, 235 p.
21.90 €

Contre les femmes. La montée d'une haine mondiale

Mutilations, viols, crimes d'honneur, féminicides, vitriolages, avortements forcés... Le patriarcat est un régime de terreur. Les hommes ont tiré pendant des siècles avantage symbolique et matériel d'une domination qu'ils ont établie par la force brute. Aujourd'hui, les femmes parviennent en de nombreux endroits à secouer le joug. Mais cette aspiration à l'égalité ne va pas sans déchaîner un désir de représailles. La lutte pour l'émancipation est âpre. Aucun groupe dirigeant ne renonce à sa position de supériorité sans combattre. C'est cette résistance acharnée, parfois sanglante, qu'Abram de Swaan documente de manière implacable, d'un bout à l'autre du monde.
Abram de Swaan, traduit du néérlandais (Pays-Bas) par Bertrand Abraham, Seuil, 368 p.
22.00 €

Il n'y a pas que Beyoncé

Entre narration personnelle et critique culturelle poétique et politique, Morgan Parker confronte société de consommation, médias et féminisme, tissant habilement son histoire personnelle avec la pop culture. « Je voudrais voir ma chatte / autrement et putain / qu’on la respecte un peu ». La voix impétueuse et enflammée d’une icône afro-américaine féministe.
Morgan Parker, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Félix Jousserand, Au diable vauvert, 118 p.
15.00 €