Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Mes années hétéros

Rémy a découvert son attirance pour les hommes à 14 ans, dans les années 1960, mais souhaite fonder une famille. Après des années de mariage, la naissance de ses enfants et un divorce, la dépénalisation de l'homosexualité en 1982 le convainc de s'assumer et de s'installer avec Pascal.
Hugues Barthe, Delcourt, 188 p.
17.50 €

Mamas : petit précis de déconstruction de l'instinct maternel

A travers sa propre maternité, l'auteure interroge l'instinct maternel avec humour et explore le sujet du point de vue philosophique, culturel et historique. Elle aborde également les différents types de parentalité à travers divers témoignages.
Lili Sohn, Casterman,312 p.
20.00 €

La suite de l'histoire

La philosophe et historienne de la pensée féministe analyse les stratégies mises en place par les femmes qui ont décidé d'être artistes pour s'autoriser à pratiquer l'art, déjouer les représentations habituelles, échapper à la rivalité avec les hommes et engager un affrontement symbolique. Elle évoque les écrivaines, les plasticiennes, les musiciennes, les cinéastes ou encore les danseuses.
Geneviève Fraisse, Seuil, 138 p.
16.00 €

Cahiers du Cedref : Epistémologies féministes décoloniales

Au sommaire : Introduction Jules Falquet et Artemisa Flores Espínola. María Lugones : La colonialité du genre. Breny Mendoza : La question de la colonialité du genre. María Luisa Femenías : Épistémologies du Sud : lectures critiques du féminisme décolonial. Luisina Bolla : Genre, sexe et théorie décoloniale : débats autour du patriarcat et défis contemporains. Mira Younes : Quand la maison du-de la maître-sse est hybride : savoirs migrants et pratiques de l’interdépendance
éd. Jules Flaquet et Artemisia Flores Espinola, Cedref, 201 p.
12.00 €

Archi-féministes ! Art contemporain, théories féministes

Réunissant un important corpus d’œuvres réalisées entre 1970 et aujourd’hui, cette publication analyse les enjeux historiques et actuels des féminismes, en proposant des regards croisés sur la discipline de l’histoire de l’art et sa construction, maintes fois interrogées. Les manifestations féministes sont notamment examinées à partir des pratiques qui persistent à faire résistance et qui obligent à revoir les normes sociales au moyen d’activisme, de mobilisation citoyenne et de communautés de partage. Ces contributions reprennent les modèles théoriques féministes, mais relèvent également des études culturelles, décoloniales et queers, cherchant à instruire de nouveaux savoirs. Archi-féministes! est le titre de l’exposition éponyme, présentée par le centre d’art contemporain OPTICA, qui soulignait l’apport des femmes artistes à son histoire et au réseau canadien des centres d’artistes autogérés.
dir. Marie-Ève Charron, Marie-Josée Lafortune, Thérèse St-Gelais, textes en français et en anglais, Optica, 160 p., illustrations
25.00 €

La fin de l'été

Emily a entrepris un long voyage en solitaire, qui l’a emmenée des quartiers chics londoniens en Thaïlande. Lorsqu’elle pose ses bagages chez Marianne qui tient une maison d’hôtes sur la plage, elle est loin de s’attendre à tout ce qu’elle finira par y trouver. De son côté, Marianne va vite s’apercevoir que la jeune femme est la source d’un chaos sensuel qu’elle pensait n’appartenir qu’au passé, et qui risque de la forcer à réexaminer ses choix de vie recluse. La fin de l’été marquera-t-elle le début du bouleversement de deux existences ?
Harper Bliss, traduit de l'anglais par Olivia Fontaine, Dans l'engrenage, 190 p.
14.50 €

Voyage à Ravicka

Lorsqu'une voyageuse-linguiste atterrit à Ravicka, elle découvre une ville sous le coup d'une crise de nature indéfinie, qui pousse ses habitants à fuir. Bien qu'elle parle couramment le ravie, la linguiste peine à trouver ses repères, trouvant difficilement le mot juste, et surtout le geste juste, pour nouer des contacts avec les habitants. Désireuse de trouver l'origine de cette érosion qui menace Ravicka de disparition, elle erre dans la ville, en quête de ce qui lui est familier : des paroles, des monuments, des vieux amis... Dans ce premier volume de la tétralogie, R. Gladman développe une brillante méditation sur l'architecture urbaine, le rapport aux autres, la langue et la vie. Une interrogation servie par une réflexion toujours perspicace, souvent teintée d'humour dans sa mise à nu des rapports humains et du fonctionnement des sociétés urbaines contemporaines.
Renee Gladman, Cambourakis, traduit de l'anglais par Céline Leroy, 95 p.
16.00 €

Trois garçons

Grâce au nectar d'une plante étrange et fascinante, Kim, Bella et Momo, trois amies, se glissent dans la peau de trois garçons et s'y sentent plus libres et plus vivantes que jamais. Fille ? Garçon ? Qu'est-ce que ça change vraiment, au plus profond de nous ?
Jessica Schiefauer, traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy, éd. Thierry Magnier, 252 p.
16.00 €

Est-ce que filles = garçons ?

10 questions et des activités pour comprendre. Une approche de la place sociale des filles et des garçons et de leurs rôles dans les différents pays du monde. Avec des activités proposant la fabrication d'un jouet unisexe, la réécriture au masculin du conte de Cendrillon et la réalisation d'une enquête sur le rôle des filles et des garçons à la maison.
Stéphanie Duval, ill. Clémence Lallemand, Gulf Stream, 35 p.
5.90 €

Nathalie Sarraute

Née en Russie, ballottée entre des parents divorcés, Nathalie Sarraute (1900-1999) vécut une enfance solitaire, tirée entre deux mondes : de la Russie tsariste à l’émigration russe à Paris, ou plus tard dans la clandestinité sous l’Occupation, qui lui imposa une identité juive. Cependant, sa vie fut tout entière tournée vers l’accomplissement de sa vocation d’écrivain. Réfugiée très tôt dans les livres, elle élabore une forme d’écriture qui, dès la fin des années 30, ouvre la voie à la modernité avec ses Tropismes. Cette première grande biographie, nourrie d’archives inédites, montre l’émergence difficile de son œuvre dans l’univers littéraire de l’après-guerre. Sarraute a cheminé longuement avant d’être la figure de proue du Nouveau Roman. Proche d’Hannah Arendt, militant pour le droit de vote des femmes, participant à Mai 68 et défendant le jeune État d’Israël, l’écrivaine fut aussi attentive à son époque : elle afficha ses engagements politiques avec la vigueur de la combattante qu’elle ne cessa jamais d’être, luttant avec ses propres armes : les mots.
Ann Jefferson, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par P-E. Dauzat et A de Saint-Loup, Flammarion, 492 p.
26.00 €

La collectionneuse

Détective privée, Frédérique est chargée d’enquêter sur une double disparition : celle de l’énigmatique Victoria, figure people du monde de l’art contemporain et grande collectionneuse ; et celle d’un tableau de Francis Bacon inestimable, L’homme au lavabo. De galeries en foires d’art internationales, de Paris à Hong Kong, en passant par Bruxelles, Pattaya, Bâle et Miami, Frédérique découvre un monde dont elle ignore tout. Elle qui n’assume guère sa féminité et qui, depuis plus de deux ans, vit dans la chasteté va se trouver confrontée à des femmes de toutes les tentations. Dans cette incroyable quête, Frédérique retrouvera-t-elle aussi le goût du désir? A. Vannouvong explore dans ce roman les rapports de l’argent et de la beauté, de l’art et de la sexualité.
Agnès Vannouvong, Mercure de France, 143 p.
15.00 €

Re-née

Léa, jeune assistante-réalisatrice, travaille sur un film sur la vie de Renée Vivien. Avec un siècle d’écart, elle découvre cette auteure sensible, en prise avec son époque conservatrice, qui tente de résister aux critiques et à ses amours tumultueuses où la baronne de Zuylen est en rivalité avec Natalie Clifford Barney. Léa est captivée par cette artiste. Elle est révoltée en découvrant que le film invente un mariage entre la poétesse et son professeur de lettres. Ne pouvant rester passive, sur un coup de tête, elle s’enfuit avec les rushs des dernières scènes tournées. Le culot de Vivien traverse le temps et Léa est portée par son énergie. Cette biographie romancée permet de dévoiler Renée Vivien, son œuvre, sa vie romanesque, ses passions.
Alice Renard, Le Lys bleu, 231 p.
18.60 €

Escorte-moi

Passionnée par son métier et à la tête de sa propre entreprise, June Miller n’aime ni les surprises ni les mondanités. Quand Olivia, son associée et meilleure amie l’oblige à se rendre à un gala de charité, la jeune femme s’attend au pire. Et pour cause… Lorsqe Sasha, une escorte girl embauchée par son amie, frappe à la porte pour l’accompagner, June ignore comment réagir. Déstabilisée par le comportement de Sasha, June ne sait plus sur quel pied danser. Mais, à ce jeu de séduction, qui se brûlera les ailes en premier ?
Lena Clarke, Reines de coeur, 295 p.
19.90 €

La révolution féministe

La quatrième vague du féminisme a commencé : venue d'Amérique latine, portée par les combats contre les féminicides et pour la liberté des femmes à disposer de leur corps, amplifiée par le moment #MeToo, elle constitue surtout un mouvement qui s'attaque à l'inégalité des rapports de production et de reproduction sous le capitalisme. Le féminisme est révolutionnaire ou il n'est pas : voilà la thèse soutenue par Aurore Koechlin, qui se propose d'abord de guider ses lectrices et lecteurs à travers l'histoire des différentes vagues féministes. Du MLF à l'inter-sectionnalité, de l'émergence d'un « féminisme d'Etat » au féminisme de la reproduction sociale, elle tire le bilan politique et intellectuel d'une quarantaine d'années de combats, repère leurs impasses, souligne leurs forces, pour contribuer aux luttes actuelles et à venir.
Aurore Koechlin, Amsterdam, 167 p.
12.00 €

Femmes et politique, femmes politiques

Sous titré "Quelles-s place-s pour les femmes ?", cet ouvrage réunit des communications de la huitième session des rencontres organisées par Mix-Cité 45 qui définit des questionnements internationaux dans les combats féminins qui ont fondé les avancées en un domaine essentiel à l'émancipation des femmes : les enjeux politiques. Un rappel des luttes d'hier donne la mesure de notre dette à ces aînées hautement exigeantes du journalisme, de la magistrature, du syndicalisme, de la littérature, etc. qui sont allées parfois jusqu'au sacrifice (figures de la Résistance). Les mouvements d'aujourd'hui ne manquent pas de nous interroger sur l'héritage transmis, le rôle crucial des médias, l'identité des femmes en lutte, ici et au-delà des frontières (Turquie, Maroc, Iran...).
textes réunis par Dominique Bréchemier et Nicole Laval-Turpin, 247 p., L'Harmattan
26.00 €

Ce qu'elles disent

Entre 2005 et 2009, des femmes de la colonie mennonite de Manitoba en Bolivie ont été battues et violées. Le roman évoque ce fait divers qui a secoué cette communauté de chrétiens baptistes isolée. En l'absence des hommes partis à la ville, huit femmes se réunissent en secret dans un grenier à foin. Analphabètes, elles changent leur destin avec l'aide de l'instituteur, qui écrit leurs récits.
Miriam Toews, traduit de l'anglais (Canada) par Lori Saint-Martin et Paul Gagné, Buchet-Chastel, 230 p.
19.00 €

L'Âge de la lumière

La jeune Américaine Lee Miller arrive à Paris en 1929 où elle commence une carrière de mannequin. Elle apprend l'art de la photographie sous la tutelle de Man Ray dont elle devient l'assistante puis l'amante et la muse. Elle devient une photographe de génie mais, répulsée par la jalousie et l'égocentrisme de son compagnon, elle le quitte afin de se réaliser pleinement.


Whitney Scharer,traduit de l'américain par Sophie Bastide-Foltz, L'Observatoire, 444 p.
23.00 €

Félines

Elle s'appelle Louise R., elle a dix-sept ans. Elle a été l'une des premières jeunes filles de notre pays à être atteinte par la Mutation. Comme bien d'autres, son corps s'est métamorphosé, ses sens se sont aiguisés et sa vie n'a plus jamais été la même. Son visage a été vu sur tous les écrans, sur tous les réseaux sociaux. Ses prises de position et le récit de sa clandestinité ont bouleversé toute une génération. À travers elle, c'est aussi l'histoire de Fatia, Sara, Morgane et de toutes celles qu'on a appelé « les Félines ». Adolescentes et résistantes, elles se sont un jour dressées contre l'oppression et les discriminations. Elles se battent encore aujourd'hui pour leur liberté. Ce texte est le récit de leur combat.
Stéphane Servant, Le Rouergue, 378 p.
15.80 €