Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Se ressaisir : enquête autobiographique d'une transfuge de classe féministe

Du genre autobiographique, on connaissait les récits sans enquête et les ego-histoires de « grands hommes » ; dans les sciences sociales, les enquêtes sur des proches tenus à distance par l’effacement de soi. Renouant avec l’ambition d’une sociologie sensible et réflexive, Rose-Marie Lagrave propose un nouveau type de socioanalyse : l’enquête autobiographique. Ressaisissant son parcours en sociologue et en féministe, elle remet en cause les récits dominants sur la méritocratie, les stéréotypes associés aux transfuges de classe, le mythe d’un « ascenseur social » décollant par la grâce de talents ou de dons exceptionnels. Cet ouvrage retrace une migration sociale faite de multiples aléas et bifurcations, où domination de classe et domination de genre s’entremêlent.
Rose-Marie Lagrave, La Découverte, 432 p.
22.00 €

Sur le trottoir, l'Etat : la police face à la prostitution

La prostitution n’est pas aisée à définir. Dans le tri entre échanges économico-sexuels légaux et illégaux, la police joue un rôle déterminant. Ces opérations de qualification s’inscrivent dans une institution et son histoire, celle d’une police des mœurs historiquement chargée de la surveillance de tous les « déviants sexuels ». L'autrice suit les policiers en civil dans leurs enquêtes. Elle note que l’indétermination de la prostitution comme celle des délits de racolage et de proxénétisme laisse libre cours aux interprétations pratiques des agents. Représentants de l’État et dépositaires d’un pouvoir juridique, ils sont aussi, dès lors, des agents de l’ordre social et sexuel.
Gwénaëlle Mainsant, Seuil, 350 p.
24.00 €

La fille de cinquante ans

L’autrice a vécu toutes les facettes de la vie de célibataire, des amours déçues aux questions indiscrètes en passant par les conseils déplacés. Alors qu’à la cinquantaine elle se découvre une existence épanouie, elle livre un essai culturel et sociologique sur le célibat à l’heure du néoféminisme et du mouvement #MeToo.
Malin Lindroth, traduit du suédois par Marianne Ségol, Globe, 112 p.
14.00 €

Le venin du sexisme ordinaire

"L'auteur s'attache à débusquer, dans les actes, les rites, les comportements, les images voire dans les mots les plus familiers, les travers d'un sexisme sournois auquel, le plus souvent, nous ne prêtons même plus attention. Nous ne porterons plus le même regard sur les défilés de mode, les concours de Miss, le bouquet au vainqueur, le destin de Marilyn Monroe, la confusion entre l'artiste violeur et son oeuvre ... ou encore la prétendue mission protectrice que l'homme s'est souvent attribuée..."
Dominique Labarrière, Véga,136 p.
12.00 €

Une histoire de genres : guide pour comprendre et défendre les transidentités

voici un guide qui déconstruit tous les préjugés, les abus de langage, les non-sens liés aux transidentités, afin de mieux les comprendre et de donner les armes pour s’en émanciper.Car si être trans est une histoire de rapport de soi à soi, de prise de conscience individuelle, c’est aussi un rapport à des normes et constructions sociales, culturelles et historiques. Véritable prolongement du compte Instagram sur lequel Lexie s’emploie à éduquer sur les questions de genre.
Lexie "Aggressively_trans", Marabout, 288 p.
19.90 €

Enrage contre la mort de la lumière

Mvelo, 14 ans, et sa mère Zola vivent dans les bidonvilles de la périphérie de Durban, en Afrique du Sud. Lorsque la seconde succombe au VIH, Mvelo, enceinte du pasteur qui l'a violée, ne peut compter que sur elle-même. Armée de sa résilience et d'un féroce instinct de survie, la jeune fille doit affronter un monde ravagé par la violence. Mais elle rencontrera des personnes qui lui feront comprendre l'histoire de sa famille et transformeront son destin. Un roman à la fois cru et poétique, remarqué en Afrique du Sud et dans les pays anglo-saxons.
Futhi Ntshingila, traduit de l'anglais (Afrique du Sud) par Estelle Flory, Belleville, 201 p.
19.00 €

La terreur féministe. Petit éloge du féminisme extrémiste

« Le féminisme n'a jamais tué personne. » Cette phrase est brandie depuis des décennies par le discours féministe majoritaire. Comme si les féministes cherchaient à rassurer un patriarcat pétri d'angoisse, ou à appuyer l'idée - déjà bien répandue - qu'une femme ne peut pas faire peur, qu'une femme ne peut pas être dangereuse. Mais est-il vrai que le féminisme n'a jamais tué personne ? Elles s'appellent Maria, Noura, Judith, Diana, Christabel. Elles ont fait usage de la violence contre le patriarcat. Elles ont touché au grand tabou. Pour nourrir une réflexion sur la place de la violence dans la lutte contre le patriarcat, Irene nous raconte l'histoire de ces femmes violentes.
Irene, Divergences, 121 p.
14.00 €

Promenade sur Marx. Du côté des héroïnes

Avez-vous remarqué ce personnage en marge du cadre, dont on ne nous raconte pas l’histoire? Une enquêtrice décide de suivre la piste des femmes entrevues dans les portraits de Marx. Ses antennes féministes remuent en direction de l’héritage marxien: tant de gloire virile recouvrant une pensée d’égalité, c’est louche. Quel risque courons-nous si nous nous intéressons aux femmes qui étaient là? Une simple promenade qui, au final, chamboule tout.
Valérie Lefebvre-Faucher, remue-ménage, coll. micro, 75 p.
8.00 €

Pionnières du risque. Histoires de femmes intrépides

Portraits de femmes pionnières s'étant illustrées dans leur profession à risque telles que Jeanne Geneviève, première parachutiste en 1799, Georgiana Leonard, première femme à intégrer clandestinement un baleinier en 1862 ou Elisabeth Tible, aéronaute française du XVIIIe siècle.
Marie-Eve Sténuit, du Trésor, 175 p.
18.00 €

Oeuvres, vol. 2

Deuxième volume des oeuvres complètes de G. Dustan, ce recueil rassemble une trilogie qui marque un tournant décisif dans la production de l'écrivain. Il tente de capter le sentiment amoureux tout en prônant un mode de vie essentiellement fondé sur le plaisir sexuel comme véritable projet politique. Réunit Nicolas Pages, Génie divin, Lxir, publiés entre 1999 et 2002.
Guillaume Dustan, préfaces et notes de Thomas Clerc, POL, 794 p.
29.00 €

Pourquoi y a-t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ?

Sous-titré "Evolution des droits de la femme de la préhistoire à nos jours". L'histoire, les causes de l'inégalité entre les sexes et les injustices qui en découlent, illustrées et expliquées avec humour. Pour ado autant que pour adultes. Nouvelle édition.
Soledad Bravi et Dorothée Werner, Rue de Sèvres, 101 p.
10.50 €

Tout rendre au vent

Anna, Katel et Lucie. De générations différentes, ces trois femmes n'ont a priori rien en commun tant leurs trajectoires les distinguent. Pourtant, l'ancienne domestique au service d'une grande famille bourgeoise, la militante féministe devenue autrice et la jeune lieutenant de police partagent une commune détermination à faire front pour s'émanciper des conventions de leur époque respective et affronter certains secrets tapis au plus profond de leur mémoire familiale. Des années 1950 aux années 2000, s'entrecroisent les destins de ces femmes destinées à rester dans l'ombre qui, chacune à leur manière, rejetant les assignations et combattant les violences dont elles peuvent être victimes, apprennent à gagner en dignité, composant ainsi une délicate ode à l'affirmation de soi et à la liberté retrouvée.
Marion Millo, Cambourakis, 190 p.
18.00 €

Les monologues du vagin, édition intégrale

Ces maintenant fameux Monologues, à l'origine d'un one-woman-show joué par l'autrice à Broadway, sont présentés ici dans une nouvelle traduction et augmentés de onze nouveaux monologues. La pièce est le résultat de plus de 200 interviews de femmes, auxquelles l'autrice a demandé de s'exprimer sur ce sujet tabou. Eve Ensler a suscité il y a une vingtaine d'années un mouvement international, le V-Day, qui lutte contre les violences contre les femmes avec, entre autres, une journée d'action le 14 février.
Eve Ensler, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Lili Sztajn, Denoël, 190 p.
17.00 €

Marie-Lou-Le-Monde

Dans le sud de la France, une adolescente tombe amoureuse d'une autre jeune fille, Marie-Lou, l'une de ses amies du lycée, solaire, joyeuse et libre. Chaque chapitre de ce roman adopte la forme d'un poème en vers libre.
Marie Testu, Le Tripode, 117 p.
13.00 €

Hellsegga. Une descente écoféministe dans le maelström

Depuis 2011, l'anthropologue Sandrine Teixido et le plasticien Aurélien Gamboni développent le projet A tale as a tool, une enquête artistique basée sur une nouvelle d'Edgar Allan Poe, « Une descente dans le maelström » (1841).Au cours d'un atelier, la philosophe Émilie Hache propose des pistes pour une réécriture écoféministe de cette nouvelle. S. Teixido relève le défi, et imagine ce récit situé dans un futur qui interroge les enjeux environnementaux de notre temps. Cette nouvelle, « Hellsegga », du nom de la montagne norvégienne où se déroulent les deux récits, est suivie de la nouvelle originale de Poe, puis d'une postface retraçant le contexte et les enjeux de ce projet de réécriture : comment la fiction peut-elle permettre de « fabriquer de l'espoir au bord du gouffre », pour reprendre les termes d'Isabelle Stengers ?
Sandrine Teixido, Cambourakis, coll. Sorcières, 103 p.
14.00 €

Passions polygraphes

La langue française se laisse depuis quelque temps gagner par un tumulte graphique. Aux parenthèses qui encageaient le petit e muet du féminin, les « scribes indociles » préfèrent désormais les tirets, les points, médians ou non, la majusculE finalE ou l’indicible astérisque. En créant ille, yel, lua, dea, cil… iels élargissent la gamme des pronoms avec l’intention, poétique et politique, d’ouvrir la « languécriture » à des voix, des vies recouvertes, confisquées, mutifiées par l’imperium du masculin. Risquant « un pas au-delà », K.Barasc, en philosophe, cherche le signe ou la dé-marque qui viendrait inscrire dans la langue ce qui ne peut s’y prononcer. Et qui, ainsi, exempterait enfin le JE, le NOUS, le TOI de toute assignation sexuée.
Katy Barasc, iXe, 128 p.
12.00 €

Le goût de la nectarine

Bron et Ray sont liées par un amour puissant mais aussi dévorant. Chaque semaine elles voient Nessie, la nièce de Ray, avec qui elles peuvent être elles-mêmes et oublier les tensions familiales du quotidien. Quand les vieux démons de Bron resurgissent, les deux jeunes femmes sont contraintes de s'ouvrir à leurs soeurs respectives dont elles s'étaient détournées.
Lee Lai, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Géraldine Chognard, Sarbacane, 238 p.
25.00 €

Hot, cool & vicious : genre, race et sexualité dans le rap états-unien

Une étude de la place des femmes dans le rap américain depuis la fin des années 1970. A travers les exemples de Nicki Minaj, Cardi B ou Queen Latifah, l'auteur rappelle le rôle des rappeuses dans le développement artistique et commercial de ce genre musical, dans l'émergence d'un discours sur le genre, la race et la sexualité ainsi que dans l'évolution des mentalités au sein de la culture hip-hop.
Keivan Djavadzadeh, Les Prairies ordinaires/Amsterdam, 235 p.
18.00 €