Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Bien dans ma tête, bien dans ma culotte

"Destiné à toute personne dotée d'un appareil dit biologiquement féminin, ce guide d'éducation sexuelle et gynécologique et de développement personnel féministe mêle informations scientifiques et outils de connaissance de soi. L'autrice y parle tête (psychologie, zone de confort, complexes, traumas, idées reçues toxiques, etc.) et culotte (sexualité, contraception, cycle menstruel, maladies gynécologiques, désagréments intimes, etc.) dans le but de permettre à chacun.e de développer sa confiance en soi et de s'approprier une éducation sexuelle positive, bienveillante et inclusive."
Amal Tahir, préfacé par Jüne Plã (autrice de Jouissance Club), Kiwi, 216 p.
16.00 €

Et si on se parlait ? 7 à 10 ans

A travers les exemples de Lila, Tina, Mathilde, Léo et Hakim, un documentaire pour aider l'enfant à exprimer ses émotions et à parler de sujets délicats comme les droits des enfants, l'importance de l'intimité, les agressions sexuelles, les violences ordinaires, le harcèlement et le racisme. « Quand j’ai joué mon spectacle Les Chatouilles ou la danse de la colère, j'ai rencontré beaucoup de personnes qui s'interrogeaient sur la manière de parler à leurs enfants de la violence.»
Andréa Bescond, illustrations de Mathieu Tucker, Harper Collins, 63 p.
7.50 €

Et si on se parlait ? 3-6 ans

A travers les expériences de Thomas, Noémie, Jade et Sam, un documentaire pour aider les enfants de 3 à 6 ans à exprimer leurs émotions et à parler de sujets délicats comme une famille qui s'agrandit, la découverte des parties intimes, la relation avec les parents ou la mauvaise influence des écrans. « Quand j’ai joué mon spectacle Les Chatouilles, j'ai rencontré beaucoup de personnes qui s'interrogeaient sur la manière de parler à leurs enfants de la violence, mais sans savoir comment faire.»
Andréa Bescond,illustrations de Mathieu Tucker, Harper Collins, 64 p.
7.50 €

Agenda des femmes 2021

Thème : écoféminismes, horizons et luttes. Les autrices de l’agenda, qu’elles se revendiquent ou non de l’héritage des luttes écoféministes, se sentent interpellées par ce terme et poursuivent toutes un objectif commun: une justice écologiste, féministe et décoloniale. Quels rôles les femmes occupent-elles lorsque vient le temps de protéger un fleuve, de bâtir un écovillage, de résister à l’extractivisme, de soigner une communauté et de revendiquer une justice climatique? C’est ce que ce collectif, composé de voix ancrées au Québec, en Haïti, au Sénégal et en France, souhaite mettre en lumière.
Dirigé par Clara Lamy, illustré par Sara Hébert, éditions remue-ménage, 16,5 cm x 12 cm, spirale, une semaine sur deux pages
11.00 €

Perdre haleine : phrase autoérotique

"Anne Archet convie ses lecteurs et lectrices à une séance d'autoérotisme littéraire, une ode à la masturbation féminine, de la lente montée du désir en passant par les savantes mécaniques de l'excitation, le troublant plateau des fantasmes jusqu'à la grande explosion orgasmique et sa résolution. Cette phrase longue de 26 000 mots est à lire d'une seule main et d'un seul souffle, une traversée de toutes les déclinaisons du plaisir intime où l'on n'est jamais si bien servie que par soi-même: ses doigts, ses peluches, son ameublement, son lubrifiant et ses projections intérieures les plus déraisonnables."
Anne Archet, dessins d'Arielle Galarneau, Le remue-ménage, 128 p.
13.00 €

Les femmes vikings, des femmes puissantes

Il n'y a guère d'imaginaire plus viril que les vikings, mais que faisaient les femmes vikings pendant que ces grands explorateurs à la barbe hirsute naviguaient sur les mers de Scandinavie? En croisant la littérature scandinave, les recherches archéologiques et les sources historiques, l'autrice fait le portrait des femmes vikings, loin d'être cantonnées aux tâches domestiques. En effet, celles-ci prennent des décisions, voyagent, écrivent et combattent, tout comme les hommes. "Preuve, s'il en était besoin, que l'histoire ne se fait jamais sans les femmes."
Johanna Katrin Fridriksdottir, traduit de l'anglais (Islande) par Laurent Cantagrel, Autrement, 413 p.
23.90 €

Le musée des sorcières

"Que reste-t-il aujourd'hui de ces sorcières brûlées, écartelées, maudites? Guérisseuses cachées dans les campagnes, petites-filles du féminisme, activistes Femen ou membres du mouvement #MeToo, les sorcières du XXIème siècles sont libres et fières de l'être." Catherine Clément propose une réflexion sur l'histoire des sorcières en Europe ainsi que sur ses liens avec la misogynie, le féminisme, la religion et la sorcellerie. A la fin du XVIIe siècle, cette vision de la femme s'est transformée, devenant le symbole de la vierge pure, respectée et muette.
Catherine Clément, Albin Michel, 304 p.
19.90 €

Il me tue cet amour : comment je me suis reconstruite après huit ans de violences conjugales

Maltraitée physiquement et psychologiquement durant six ans par son compagnon lorsqu'elle avait seize ans, Marie Gervais a fini par le quitter. Si elle a depuis retrouvé une liberté et rencontré d'autres hommes, il lui a paru nécessaire d'échanger avec son ex-conjoint afin qu'il reconnaisse son comportement violent. Elle partage son expérience et donne des conseils aux victimes pour comprendre comment et pourquoi il est possible de se retrouver prisonnier.e d'une relation toxique et comment s'en sortir.
Marie Gervais, Massot, 192 p.
18.90 €

Femmes sans merci

Prisonnières de leur mariage, trois inconnues échangent des confidences sur un forum internet. Désormais mère au foyer, Ingrid maintient les apparences d'une union parfaite avec son époux infidèle. Birgitta, bientôt à la retraite, n'arrive pas à se libérer de son mari abusif. Victoria, fée du logis, a découvert avec horreur la vraie nature de sa moitié. Humiliées, battues, blessées, elles concluent un pacte pour élaborer le meurtre parfait : tuer le mari de l'une des autres.
Camilla Läckberg, traduit du suédois par Rémi Cassaigne, Actes Sud, 144 p.
14.90 €

La Cage

Agla, qui travaillait dans la finance, est incarcérée pour évasion de capitaux. Ressassant la rupture douloureuse avec sa compagne Sonia, elle tente de se suicider. Pourtant, quand un industriel sollicite son habileté pour enquêter sur une affaire de stockage d'aluminium, Agla relève le défi. Maria, la journaliste d'investigation à l'origine de sa condamnation, est envoyée sur le terrain. Femmes puissantes et fraudes représentent la toile de fond de ce thriller financier.
Lilja Sigurdardottir, traduit de l'islandais par Jean-Christophe Salaün, Points, 360 p.
7.50 €

De si bonnes amies

Comédienne de stand-up, Dana Diaz est quotidiennement victime de remarques sexistes lorsqu'elle monte sur scène. Quand elle devient amie avec Amanda Dorn, programmeuse informatique, elles se confient les mauvaises expériences qu'elles subissent dans leurs milieux professionnels respectifs et notamment, les abus sexuels que Dana a subi à Los Angeles. Amanda échafaude alors un plan pour se venger de leurs agresseurs respectifs et elle est prête à tout pour le voir aboutir.
Amy Gentry, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Fabienne Vidallet, Pocket, 416 p.
7.60 €

Quatre jours de rage

En 1969, Smokey Dalton est de retour à Chicago. Après avoir passé l'été à chercher un refuge pour lui et Jimmy, son fils adoptif, il aspire à une existence paisible. Alors que sa relation avec Laura Hathaway bat de l'aile, il retrouve son emploi d'inspecteur d'immeubles pour la compagnie Sturdy. La situation se complique lorsqu'il découvre plusieurs cadavres emmurés dans la cave d'une maison. A cela s'ajoute le leader des Black Panthers qui lui demande d'enquêter sur les violences policières après la mort de deux pacifistes noires.
Kris Nelscott, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Pierre Sérisier, Mikros Noir, 616 p.
12.90 €

Et arrivées au bout, nous prendrons racine

Il y a le retour prudent sur le chemin des origines, le long de la côte, où les maisons boudent. La poésie mène alors à l'enfance, paraît gourmande, des bleuets en confiture, un cœur de lièvre sous la dent. Ici, les "bonheurs disponibles" s'empilent sur tout ce dont on ne parle pas, des pères horizon, des mères à la gorge inquiète. "Retourner au début / rebrousser les entrailles / pour qu'un jour bien droites / telles des épinettes nous puissions dire / c'est ici que nous sommes nées." L'autrice est née à Natashquan, sur la Côté nord au Québec.
Kristina Gauthier-Landry, La Peuplade, 128 p.
15.00 €

Tu es la plus belle chose que j'aie faite pour moi

"Les gens, au lieu de me dire "l'amour te / retourne comme un gant" / déclarent à présent "l'amour te va comme / un gant blanc, / fait sur mesure", / et moi je leur réponds : / "l'amour est une balle unidirectionnelle / et notre poitrine un point fixe : / ce qui détermine le choc, le tremblement / l'effondrement de fondations ou la / récupération du jardin / c'est le creux qui accompagne ta main / lors de l'impact." En comptant les jours après une rupture, l'autrice invite à un voyage intime à travers l'amour, la perte et la guérison.
Elvira Sastre, traduit de l'espagnol par Isabelle Gugnon, NiL, 160 p.
16.00 €

Autolouange et autres poèmes

Sont réunis vingt poèmes issus d'un recueil paru en 1846, publié à compte d'auteur, sous les pseudonymes masculins de Currer, Ellis et Acton Bell. Les sœurs Brontë se cachent sous ces noms pour publier leur œuvre vendue à seulement deux exemplaires à l'époque. Dans ces textes, s'expriment notamment leurs préoccupations religieuses, mais aussi la question de la liberté des femmes, l'imagination, la nature. Elles réunissent, pour la première fois et en chœur, quelques-uns de leurs écrits respectifs.
Les sœurs Brontë, Folio, 80 p.
2.00 €

Lola et les filles à vendre

Il y a le monde de Lola et puis celui des filles, Rosie, Katherine, Isabelle, Sophie et D. Toutes partagent la difficulté d’écrire, de dire, d’être amoureuse, de jouir et d’exister dans une mythologie qui exploite le sexe, la vie et la création. Ce texte polyphonique coup-de-poing fait tomber les masques. Pornographies, privilèges, trafics, trébuchements et distorsions de l’amour sont ici autant de prémisses de ces « histoires nées du mot bouche/d’une gorge ». L'autrice vit à Montréal et ce recueil est son troisième livre publié.
Marisol Drouin, La peuplade, 128 p.
15.00 €

Eurydice incendie

"Chez Ovide, je ne trouvais pas traces d’Eurydice. J’avais besoin de l’entendre, de la sentir maîtresse d’elle-même. Sa voix me manquait, j’ai écrit pour combler ce manque. Ce texte offre à Eurydice l’occasion de revenir sur sa propre histoire. Au-delà du mythe, c’est la parole d’une femme qui reprend sa place dans le monde en évoquant le sort qu’on lui a réservé ainsi qu’à la terre. C’est une voix pour rendre visible les accaparements des hommes. Une voix pour dire un monde parti en fumée."
Chloé Baudry, Maintien de la Reine, 36 p.
12.00 €

Prenez le pouvoir, les filles !

Ce guide reprend 23 conseils pour aider les adolescentes à croire en elles et à prendre le pouvoir de leur vie : des conseils pour apprendre à se connaître, à s'accepter, à prendre soin de soi, à gérer les tensions, à surmonter les épreuves ou encore à s'engager dans des causes pouvant transformer le monde.
Jamia Wilson et Andrea Pippins, Casterman, 66 p.
12.95 €