Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Alice Guy

En 1895, à Lyon, les frères Lumière inventent le cinématographe. Moins d’un an plus tard, à Paris, Alice Guy, 23 ans, réalise La Fée aux choux pour Léon Gaumont. Première réalisatrice de l’histoire du cinéma, elle dirigera plus de 300 films en France. En 1907, elle part conquérir l’Amérique, laissant les Films Gaumont aux mains de son assistant Louis Feuillade. Première femme à créer sa propre maison de production. Elle meurt en 1969 mais sans avoir revu aucun de ses films – perdus et oubliés.
Catel & Bocquet, Casterman,400 p.
24.95 €

Les grandes oubliées. Pourquoi l'Histoire a effacé les femmes

A chaque époque, des femmes ont agi, dirigé, créé, gouverné mais elles n'apparaissent pas dans les manuels d'histoire. Du temps des cavernes jusqu'à nos jours, l'auteure passe au crible les découvertes les plus récentes, analyse les mécanismes de la domination masculine et présente quelques vies oubliées.
Titiou Lecoq, préface de Michelle Perrot, L'iconoclaste, 328 p.
20.90 €

Patriarcapitalisme : en finir avec les inégalités femmes-hommes dans l'économie

S'inspirant de travaux menés au cours des dernières décennies, l'auteure étudie les progrès des femmes durant le XXe siècle et leur stagnation récente. Elle explique le concept de patriarcapitalisme, à savoir la manière dont la culture et l'identité de genre bloquent l'accès des femmes à l'égalité dans le secteur économique.
Pauline Grosjean, Seuil, 221 p.
20.00 €

Qui a peur des vieilles ?

Vieille. Le mot lui-même est tabou. On lui préfère souvent le politiquement correct « femme mûre », le fourre-tout « senior », le désuet « aînée »... Après 50 ans, de nombreuses femmes se sentent invisibilisées, mises à l'écart, alors qu'elles ont encore leur place à prendre dans le monde comme dans l'intimité. Les rides rendraient-elles moins apte à entreprendre ou diriger ? Avec la ménopause et les cheveux gris, serait-on moins libre de séduire et de jouir ? L'opprobre qui pèse sur les vieilles depuis longtemps éclaire nos normes et la façon dont les valeurs patriarcales ont forgé nos regards sur le corps vieillissant. M. Charrel s'est plongée dans l'histoire et a interrogé des dizaines de femmes de tous milieux pour saisir ce qui les fait encore vibrer et avancer.
Marie Charrel, Les Pérégrines, 276 p.
19.00 €

Qu'est-ce que l'intersectionnalité ? Dominations plurielles : sexe, classe et race

L’intersectionnalité, qui nous vient du féminisme noir, a été théorisée en 1989 par la juriste Kimberlé W. Crenshaw – dans un article traduit ici pour la première fois en français – et diffusée notamment par la sociologue Patricia Hill Collins dans "La Pensée féministe noire". Mais à son origine on trouve l’abolitionniste et féministe Sojourner Truth qui, au XIXe siècle, est l’une des premières à avoir montré la double oppression, de race et de sexe, que subissaient certaines femmes. L’intersectionnalité révèle donc que la domination est souvent plurielle et que, de ce fait, les discriminations, dont certaines ne sont pas visibles, peuvent se renforcer les unes les autres. Ce livre en propose une introduction générale et montre son efficacité pratique dans trois domaines : la vie sociale, le militantisme et la culture.
dir. Myriam Boussahba, Emmabuelle Delanoë, Sandeep Bakshi, Payot poche, 343 p.
10.20 €

En finir avec l'homme ou Chronique d'une imposture

Une étude sur la manière dont le mot homme en est venu à désigner l'ensemble du genre humain. Analysant l'usage historique du terme, son étymologie et la plus-value sémantique qu'il a acquise, l'auteure retrace le parcours de cet abus de langage, une particularité de la langue française qui renverrait à une imposture masculiniste.
Eliane Viennot, iXe, 116 p.
6.50 €

Les occasions manquées

Quand son père, atteint d’un cancer en phase terminale, lui demande de le conduire de Hanovre jusqu’en Suisse, dans une clinique d’aide au suicide, Martha appelle en renfort Betty, son amie depuis vingt ans. Commence alors une odyssée burlesque, qui se prolongera en Italie, où Betty tentera de retrouver la tombe de son beau-père tromboniste et menteur, dans l’espoir de se libérer d’un pan douloureux de son histoire personnelle : le roman de la route devient polar, de Berlin aux Cyclades, au fil des rebondissements et des rencontres. Dans une langue innervée d’un humour acide et d’une gouaille mélancolique, Lucy Fricke mène ses héroïnes, deux femmes de quarante ans soudées par les confidences et l’alcool, vers une vie délestée.
Lucy Fricke, traduit de l'allemand par Isabelle Liber, Le Quartanier, 277 p.
20.00 €

Lecture facile

Marga, Nati, Patricia et Àngels vivent ensemble dans un appartement d'un quartier populaire de Barcelone. Pour ces cousines « en déficience intellectuelle », comme l'administration les qualifie, chaque jour apporte son lot de condescendance et d'infantilisation. Féministe, désinhibée et férue de danse, Nati s'attire souvent des ennuis. Patri n'a qu'une crainte, se faire virer de l'appartement et perdre son indépendance, tandis que Marga cherche à squatter un autre habitat pour être libre d'aimer qui elle veut. Àngels observe le tout et se lance dans le récit de leur vie à quatre en lecture facile. Ce livre, aussi audacieux dans sa structure que dans son propos, est une charge féroce et drolatique contre le machisme, contre l'oppression, contre l'injustice. C'est aussi un roman qui célèbre le corps et la sexualité, le désir, la dignité de celles et ceux qui sont marqués par les stigmates de la « différence » et le pouvoir révolutionnaire du langage.
Cristina Morales, traduit de l'espagnol (Espagne) par Margot Nguyen Béraud, Denoël, 474 p.
23.50 €

Revue Panthère première n° 7

On prendra des chemins de traverse avec Emmanuel Beaubatie en liant changements de sexe et mobilités sociales ; on se glissera dans la peau d’une traductrice habitée par une artiste aux identités multiples ; on enfilera une paire d'ailes pour questionner le concept de hiérarchie (en faisant un petit feu au passage) ; on traînera la savate, 8-6 à la main, pour trouver enfin LA VÉRITÉ sur le mot schlag ; on furètera dans les recoins d'une revue indépendante avec un collectif de photographes qui refuse toute récupération ; on interrogera les images manquantes d'une cinéaste des indépendances ; on ouvrira une boîte à outils des graphies non-binaires pour décoincer nos langages puis on chantera à tue-tête Papaoutai dans la cour de récré. Tissant des liens entre générations, on s’enivrera alors de l'ESPRIT VIEILLE, avec un dossier sur le potentiel subversif du grand âge, parce que du courage et de l’audace, en cet automne 2021, il en faut — toutes générations dehors et solidaires contre la start-up nation :-)
collectif, 93 p.
10.00 €

Revue La Déferlante n° 3

Ce numéro a pour thème principal "Se battre" avec une immersion avec les manifestantes dans les cortèges de tête, un récit d’Alice Coffin sur son combat d’élue ou encore un entretien avec Lydia Zijdel, pionnière de l’auto-défense féministe. Aussi au sommaire : dialogue entre Pomme et Nadège Beausson-Diagne, les violences de genre devant la justice, un entretien avec Pénélope Bagieu, une carte blanche à Lydie Salvayre, un texte de Colette Guillaumin et bien d'autres textes, BD, photos...
collectif, 160 p.
19.00 €

Réinventer l'amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles

Au cœur de nos comédies romantiques, de nos représentations du couple idéal, est souvent encodée une forme d’infériorité féminine, suggérant que les femmes devraient choisir entre la pleine expression d’elles-mêmes et le bonheur amoureux. Le conditionnement social subi par chacun, qui persuade les hommes que tout leur est dû, tout en valorisant chez les femmes l’abnégation et le dévouement, et en minant leur confiance en elles, produit des déséquilibres de pouvoir qui peuvent culminer en violences physiques et psychologiques. Même l’attitude que chacun est poussé à adopter à l’égard de l’amour, les femmes apprenant à le (sur ?) valoriser et les hommes à lui refuser une place centrale dans leur vie, prépare des relations qui ne peuvent qu’être malheureuses. Sur le plan sexuel, enfin, les fantasmes masculins continuent de saturer l’espace du désir : comment les femmes peuvent-elles retrouver un regard et une voix ?
Mona Chollet, Zones, 256 p.
19.00 €

Le petit guide de la foufoune sexuelle

Ce livre introduit la notion de consentement en parlant du corps, de pipi, de caca, ou encore de la nudité, de la découverte de l'anatomie, de l'image de soi, de nos émotions, des câlins, de l'amour, des bébés, des grossesses, de la naissance, mais aussi de la sororité, des frères et des soeurs, à l'importance du respect mutuel ou encore des interdits. Le livre se termine sur les âges de la vie... Grandir, c'est quoi ? Et dévoile un peu le monde de la puberté. Enfants de 4 à 12 ans selon leur maturité.
Julia Pietri, ill. Victoire Doux, éd. Better Call Julia, 80 p.
15.00 €

Les grands discours de femmes qui ont changé l'histoire

À toutes les époques, partout dans le monde, elles ont pris la parole pour faire avancer de grandes causes, dénoncer les injustices ou les pires erreurs de l'humanité. Leurs mots ont permis de déplacer des montagnes et continuent de résonner aujourd'hui, certains demeurant d'actualité, plus que jamais. Louise Michel, Joséphine Baker, Eleanor Roosevelt, Simone Veil, Gisèle Halimi, Angela Davis, Eva Perón, Indira Gandhi et bien d'autres, parfois injustement oubliées... Cet ouvrage leur rend hommage, en rappelant la puissance du langage et de l'espoir.
Céline Delavaux, préface Christiane Taubira, 281 p.
7.50 €

Maquillée. Essai sur le monde et ses fards

Ceci n'est pas un livre sur le maquillage. C'est un voyage inédit, une plongée dans un univers peu connu, fait de paillettes et de gloss, mais dont les règles et les acteurs, les produits et les valeurs, en disent long sur notre société consumériste et numérique. Une enquête sur une industrie qui vaut des milliards de dollars. Une méditation féministe sur l'un des symboles de ce qu'on dit être « la femme ». Une réflexion philosophique sur la beauté, le paraître, l'identité. Des couloirs de l'entreprise de Kylie Jenner aux mines de mica, en Inde, où des enfants extraient la poudre de nos fards à paupières, de Platon à Anne Carson en passant par Ovide, Foucault ou bell hooks, l'autrice explore l'univers de la beauté et mêle les références pour nous parler de nous, nos fards, nos failles, et nos manières de briller.
Daphné B., Grasset, 223 p.
19.00 €

Saint Phalle. Monter en enfance

Niki de Saint Phalle décrivait le Jardin des Tarots comme son grand oeuvre, son « destin » : la redécouvrir, c'est partir explorer cet ailleurs. Au fil d'une promenade initiatique, Gwenaëlle Aubry joue avec Saint Phalle, tire et rebat ses cartes, rencontre les artisans des Tarots qui, jour après jour, lui en livrent les clefs. Avec eux, elle piste à la fois la puissance de métamorphose d'une « fille inarrêtable », et l'enfance fugitive : « Je suis venue te chercher, tu vois, un peu en retard mais je suis là, allez viens, n'aie pas peur, on va au Jardin. » Une évocation littéraire menée avec une précision qui le dispute à l'émotion.
Gwenaëlle Aubry, Stock, 285 p.
20.00 €

Georgia O'Keeffe, une icône américaine

Le parcours de cette figure légendaire de la peinture américaine, qui fait ses premiers pas dans le New York des années 1920 et défraie la chronique par sa relation amoureuse avec A. Stieglitz. Alors que sa peinture de fleurs bouleverse le monde de l'art, elle part vivre au Nouveau-Mexique pour y peindre ce qui fait son essence : ciels ardents, paysages de plateaux et canyons.
Marie Garraut, Hazan, 191 p., ill.
25.00 €

AfroTrans. Perspectives, entretiens, poésie, fiction

« Au croisement étoilé de la négritude et de la transidentité, l’accidentelle et lumineuse poésie de nos vies lancée au monde. » Dans cet ouvrage collectif, la parole est donnée exclusivement à des personnes trans noires, vivant en France pour la grande majorité. Ce recueil coordonné par Michaëla Danjé, femme trans membre et co-fondatrice de Cases Rebelles, est constitué d’une multiplicité de voix, de perspectives et d’expériences diverses. Différentes générations sont également représentées.
collectif, sous la direction de et préface Michaëla Danjé, Cases Rebelles, 282 p.
12.00 €

Lady Sapiens : enquête sur la femme au temps de la préhistoire

A partir des travaux de 33 scientifiques internationaux, une enquête sur la place et le rôle des femmes dans la société préhistorique qui reconstitue leur quotidien de chasseresses, d'artisanes et d'artistes.
Thomas Cirotteau, Jennifer Kerner, Eric Pincas, Les Arènes, ill., 251 p.
19.90 €