Catalogue

Accueil boutique > Choix de nouveautés

Choix de nouveautés

Ne nous libérez pas, on s'en charge

Ce livre entend fournir quelques clés indispensables afin de penser les féminismes d'hier et d'aujourd'hui à la lumière des grands défis contemporains, des inégalités sociales, raciales et de genre. Cette sociohistoire renouvelée des féminismes rend compte des stratégies plurielles déployées par les femmes et les hommes féministes qui ont combattu les inégalités entre les sexes et l'oppression spécifique des femmes, de la Révolution française à nos jours.
Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel, La Découverte, ill., 511 p.
25.00 €

Chavirer

1984. Cléo, treize ans, qui vit une existence modeste en banlieue parisienne, se voit un jour proposer d'obtenir une bourse, délivrée par une mystérieuse Fondation, pour réaliser son rêve : devenir danseuse de modern jazz. Mais c'est un piège, sexuel, monnayable, qui se referme sur elle et dans lequel elle va entraîner d'autres collégiennes. En 2019, devenue danseuse, notamment sur les plateaux de Drucker dans les années 1990, Cléo comprend qu'un passé est revenu la chercher, et qu'il est temps d'affronter son double fardeau de victime et de coupable. Revisitant les systèmes de prédation à l'aune de la fracture sociale et raciale, Lola Lafon propose ici une ardente méditation sur les impasses du pardon, tout en rendant hommage au monde de la variété populaire où le sourire est contractuel et les faux cils obligatoires, entre corps érotisé et corps souffrant, magie de la scène et coulisses des douleurs.
Lola Lafon, Actes sud, 344 p.
20.50 €

La petite dernière

"Je m'appelle Fatima Daas. Je suis la mazoziya, la petite dernière. Celle à laquelle on ne s'est pas préparé. Française d'origine algérienne. Musulmane pratiquante. Clichoise qui passe plus de trois heures par jour dans les transports. Une touriste. Une banlieusarde qui observe les comportements parisiens. Je suis une menteuse, une pécheresse. Adolescente, je suis une élève instable. Adulte, je suis hyper-inadaptée. J'écris des histoires pour éviter de vivre la mienne. J'ai fait quatre ans de thérapie. C'est ma plus longue relation. L'amour, c'était tabou à la maison, les marques de tendresse, la sexualité aussi. Je me croyais polyamoureuse. Lorsque Nina a débarqué dans ma vie, je ne savais plus du tout ce dont j'avais besoin et ce qu'il me manquait."
Fatima Daas, Noir sur blanc, coll. Notabilia, 186 p.
16.00 €

L'art est une arme de combat féministe

Les neuf études analysent des cas de pratiques artistiques féminines dans différentes disciplines : arts plastiques, cinéma (fiction et documentaire), danse, poésie, théâtre. En interrogeant leurs sens possibles, elles soulignent que la domination masculine et la violence de ses expressions les plus aiguës font du geste créateur féminin, féministe ou non, un acte de subversion et d'émancipation.
Samantha Faubert et Fanny Jedlicki, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 220 p.
19.00 €

Emily Dickinson du côté de Shakespeare: Modalités théâtrales du lyrisme

Analyse de l'inspiration shakespearienne de la poétesse américaine du XIXe siècle, Emily Dickinson. L'autrice décrypte cette influence dans sa poésie et examine les références à l'auteur de Roméo et Juliette dans sa correspondance. Elle dévoile ainsi les échos de la théâtralité de la vie publique et de la société américaine du XIXe siècle.
Adeline Chevrier-Bosseau, Presses universitaires Blaise Pascal, 360 p.
25.00 €

Alberte et la liberté

Paris, 1910. La capitale française est le centre du monde. Dans le quartier de Montparnasse où elle vit depuis sept ans, Alberte Selmer, « la petite Norvégienne », frôle au quotidien la destinée d'artistes étrangers et figures typées du peuple parisien. Sa farouche individualité semble avoir pour seul point d'ancrage cette ville qui lui tient au corps. Le passé s'efface devant le présent, devant ses exigences matérielles, ses risques sentimentaux, les tâtonnements d'une modernité exubérante mais superficielle, où les femmes les plus libres ont tôt fait de buter contre les impératifs masculins. Ce roman a été d'abord publié en 1931.
Cora Sandel, traduit du norvégien par Françoise Heide, Presses universitaires de Caen, 266 p.
15.00 €

Transgression scolaire au prisme du genre: de l'invisibilité des filles à la survisibilité des garçons

A partir d'un échantillon de 500 élèves et 29 enseignants de la maternelle au lycée, l'auteure montre que les garçons sont identifiés comme potentiels perturbateurs de l'ordre scolaire alors que les filles sont représentées comme disciplinées. Ces a priori survisibilisent les premiers dans l'acte de transgression.
Sophie Duteil Deyries, L'Harmattan, coll. Savoir & Formation, 293 p.
30.00 €

Noires mais blanches, blanches mais noires: les figures féminines noires ou métisses au théâtre de Cléopâtre à Ourika

Une étude consacrée aux héroïnes noires du répertoire théâtral qui ont fait l'objet d'une occultation et d'une invisibilisation sous l'influence des enjeux coloniaux du siècle classique. Parmi elles, Andromède, Égyptienne blanchie par Corneille, ou Cléopâtre, personnage de Shakespeare incarnée par des femmes blanches, malgré la description de l'auteur.
Yasmine Modestine, préface de Roger Little, L'Harmattan, coll. Images plurielles, 168 p.
19.00 €

Sexisme et psychologie

Cet ouvrage projette un éclairage nouveau sur le sexisme et son impact sur les insertions sociales différentes entre les deux sexes. Il confronte pour cela des approches issues de la psychologie sociale, de la psychologie du développement, de la psychologie du travail, mais également d'autres issues des sciences de l'éducation et de la sociologie.
Sabine De Bosscher, L'Harmattan, 284 p.
30.00 €

Le Rire - Dames seules

Reprise du numéro spécial de la revue satirique Le Rire paru le 21 mai 1932, consacré aux lieux de rencontres lesbiens, night-clubs et bars spéciaux accompagnés de tout leur décorum. Nicole Albert s'attache à analyser la démarche journalistique de Maryse Choisy.
Textes de Maryse Choisy, présentation de Nicole G. Albert, GKC, 82 p.
15.00 €

Les fureurs invisibles du coeur

Cyril n'est pas « un vrai Avery » et il ne le sera jamais - du moins, c'est ce que lui répètent ses parents, Maude et Charles. Mais alors, qui est-il ? Né d'une "fille-mère" bannie de la communauté rurale irlandaise où elle a grandi, devenu fils adoptif des Avery, un couple dublinois aisé et excentrique, Cyril se forge une identité au gré d'improbables rencontres et apprend à lutter contre les préjugés homophobes d'une société où la différence et la liberté de choix sont loin d'être acquises.
John Boyne, traduit de l'anglais (Irlande) par Sophie Aslanides, Le Livre de Poche, 852 p.
9.90 €

Mister Hamster et moi...

Dylan, 14 ans, part en vacances dans un camping de la côte anglaise. Sa meilleure amie, Kayla, l'accompagne. Ils sont accueillis par un hamster géant, la mascotte, qui ravit immédiatement Jude, son petit frère. Lorsque Dylan croise le regard de Lee, le mauvais garçon qui dort dans la caravane voisine, il tombe amoureux. Ses tentatives de séduction, maladroites, provoquent de nombreux incidents.
Birdie Milano, traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Maud Ortalda, Bayard, 342 p.
14.90 €

Eileen Gray, une maison sous le soleil

C'est au cœur du Paris des années folles que le travail d'Eileen Cray va atteindre de nouveaux sommets d'innovation. Sa quête d'un art à la fois sensuel et fonctionnel la conduit à créer l’œuvre la plus audacieuse de sa carrière: la villa E-1027. Avec un récit tout en finesse, ce livre donne vie à l'histoire d'une pionnière de l'architecture moderne.
Scénario Charlotte Malterre-Barthes et dessin Zosia Dzierzawska, traduit de l'anglais par Nora Bouazzouni, Dargaud, 155 p.
19.99 €

Libérées, délivrées? Rapports de pouvoir animés

Une analyse sociohistorique des identités de genre dans les séries d'animation françaises. L'autrice identifie la présence et la pérennisation d'une hiérarchie de genre dans 56 productions destinées à la jeunesse entre 1957 et 2014, tout en mettant en lumière les étapes qui, progressivement, libèrent les personnages des traditionnelles catégories binaires.
Mélanie Lallet, préface de de Didier Brunner, INA, 259 p.
20.00 €

Le souffle des femmes

Nagisa est une jeune habitante de Tokyo policée et pudique. Un jour, elle part vivre à Hegura, une petite île reculée de pêcheurs. Elle est adoptée par Isoé, la cheffe qui gouverne l'île et la communauté des Ama, les femmes de la mer, qui plongent en apnée, nues, pour pêcher les coquillages.
Scénario de Franck Manguin et dessin de Cécile Becq, Sarbacane, 107 p.
21.50 €

Baume du tigre

Edda déclenche la colère de son grand-père, un immigré asiatique et tyrannique, lorsqu'elle annonce qu'elle souhaite devenir médecin plutôt que de travailler dans le restaurant familial. Avec ses soeurs Wilma, Isa et Etta, elle quitte son foyer pour gagner son indépendance. Une bande dessinée inspirée de la vie familiale de l'auteure. Prix BD des étudiants France Culture 2020.
Lucie Quémener, Delcourt, 251 p.
23.95 €

Imbrication: Femmes, race et classe dans les mouvements sociaux

Ce livre s'intéresse à l'intersectionnalité en décortiquant la complexité des identités, des loyautés et des intérêts de chacun-e dans les mouvements sociaux. L'autrice présente,en partant du quotidien des mouvements et de leur foisonnement, l'histoire des luttes guerrières (Salvador), Indiennes-paysannes (mouvement zapatiste au Mexique) ou Noires (Brésil, République Dominicaine, USA), ainsi que ceux des femmes, féministes et lesbiennes du continent.
Jules Falquet, éd. du Croquant, 300 p.
15.00 €

Les suivantes d'Artémis

Berlin, quartier de Kreuzberg, le souffle d’une violente explosion emporte la devanture d’un café lesbien. Au même moment, Franka Grindberg, journaliste est rongée par l’inquiétude. Sa compagne Annette est introuvable et elle se décide à signaler sa disparition. Elle comprend rapidement que plusieurs femmes lesbiennes ont été portées disparues ces dernières semaines. L’explosion du café et les disparitions ont-elles un lien ? La commissaire Wolfsmann et Franka en sont persuadées. Le temps presse, la communauté LGBT est en danger et le nombre de victimes ne cesse d’augmenter…
Gabrielle Hautemer, Reine de cœur, 264 p.
19.90 €