Rendez-vous

© Violette and Co

Tous droits réservés

dimanche 5 novembre 2017

Violette and Co tient un stand au 29è Festival de films lesbiens et féministes-Cineffable. 4 autrices en signature

29è Festival international de films lesbiens et féministes de Paris, Espace Reuilly, Paris 12è, du jeudi 2 au dimanche 3 novembre
Le programme et la grille horaire sont disponibles à la librairie sur cineffable.fr

SIGNATURES SUR LE STAND DE VIOLETTE AND CO

Vendredi 3 novembre
15h-17h : Lou Vernet pour son nouveau roman policier Un trop grand silence (Border Line). Nous retrouvons ici les deux enquêteurs de son précédent roman La Toile aux alouettes qui cherchent un point commun à six assassinats en six lieux différents commis une veille de Noël. Galerie de portraits, parcours de vie sinueux pour un final inattendu !

17h-19h : Emmanuelle Favier pour son roman Le courage qu’il faut aux rivières (Albin Michel). Manushe vit dans un village isolé d’un pays balkanique. Née femme, elle vit et s’habille comme un homme. A 17 ans, en faisant le serment de rester vierge, elle a acquis les droits et devoirs que la tradition réserve aux mâles. Mais l’arrivée au village d’Adrian, également élevée en homme, bouleverse sa vie.

Samedi 4 novembre
16h-18h : Elisabeth Lebovici pour son essai Ce que le sida m’a fait. Art et activisme à la fin du XXè siècle (JRP/Ringier). Restituer la parole des ami-e-s de lutte, articuler les « je » et « nous » d’alors et d’aujourd’hui, faire retour sur des faits et affects peu connus du public français, analyser l’« épidémie de la représentation » consécutif à l’apparition du sida : telle est l’entreprise de cet ouvrage, conçu comme un véritable « discours de la méthode », où, toujours, le personnel est politique.

Dimanche 5 novembre
15h-17h : Valéry Meynadier pour son roman Divin danger (Al Manar). Récit érotique et poétique lesbien. "Jouir avec elle, c’est prendre le chemin de ma jouissance, c’est m’agripper comme elle s’agrippe, ne pas avoir honte de mon cri puisque le sien à elle si vaillant - ne le retient pas, l’éclate comme une pierre du haut de la colline, dévale contre mon sexe... N’en finit plus -"

Retour