Rendez-vous

© Violette and Co

Tous droits réservés

vendredi 12 janvier 2018

Rencontre avec TERESA CASTRO, CLARA SCHULMANN, NICOLE FERNANDEZ-FERRER pour la parution de "Au-delà du plaisir visuel" de LAURA MULVEY - 19h

En 1975, Laura Mulvey publie Plaisir visuel et cinéma narratif, texte polémique qui met en lumière la manière dont la forme filmique serait structurée par l’inconscient de la société patriarcale. C’est l’essai fondateur des études féministes sur le cinéma. Rédigés entre 1975 et 2011, les textes choisis dans ce volume sont marqués par la redécouverte féministe de la psychanalyse et les transformations induites par le développement des technologies numériques. Il s’agit de la première traduction française.

Laura Mulvey est professeure d’études cinématographiques et sciences des médias à Birkbeck, Université de Londres. Plaisir visuel et cinéma narratif, est un essai sur le cinéma écrit en 1973 et publié en 1975 dans la revue britannique de cinéma Screen. Il est repris dans de nombreuses anthologies. Il est considéré comme un article fondateur des études féministes sur le cinéma. Laura Mulvey intègre l’idée freudienne du phallocentrisme, elle insiste sur l’idée que les images, les personnages, les complots, les histoires et les dialogues dans les films sont construits sur l’inconscient de la société patriarcale. Elle est également une réalisatrice du cinéma d’avant-garde, en cherchant à mettre en œuvre une nouvelle écriture cinématographique. Entre 1974 et 1982, elle écrit et dirige avec Peter Wollen, six films ; Penthesilea : Queen of the Amazons (1974), Riddles of the Sphinx (1977), AMY ! (1980), Crystal Gazing (1982), Frida Kahlo et Tina Modotti (1982) et The Bad Sister (1982). En 1991, Disgraced Monuments, qu’elle dirige avec Mark Lewis.

Au-delà du plaisir visuel : féminisme, énigmes, cinéphilie est publié par les éditions Mimésis.

Clara Schulmann et Teresa Castro ont édité l’ouvrage et cette dernière en a également fait l’introduction.
Nicole Fernandez-Ferrer est responsable du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir.

Retour