Rendez-vous

© Violette and Co

Tous droits réservés

mercredi 9 octobre 2019

Rencontre avec PAULINE PARIS, ELISA FRANTZ et NICOLE G. ALBERT pour la sortie de "Treize poèmes" de RENEE VIVIEN - 19h00

Treize poèmes de Renée Vivien mis en musique et chantés par Pauline Paris avec des dessins d’Elisa Frantz, un avant-propos d’Hélène Hazera et une préface de Nicole G. Albert.
Ce livre avec un CD édité par ErosOnyx est né d’une lecture-concert Au tour de Renée Vivien (1877-1909)…Pauline chante Renée, organisée à la librairie Violette and Co par les Ami.es de Violette and Co le dimanche 11 novembre 2018.

"Le charme maladif des musiques moroses
Ici ne convient point à l’auguste trépas ;
Venez ! Il faut couvrir de rythmes et de roses
La maison du poète où le deuil n’entre pas."

Renée Vivien, de son vrai nom Pauline Mary Tarn, nous offre deux visages. L’un, légendaire, au mysticisme évanescent, l’autre brûlant et éphémère. Par son œuvre prolifique, d’inspiration classique et helléniste, elle a gagné au tournant du siècle ses galons de poétesse et de muse. Ce faisant, du fond de ses pensées souffle un vent d’audace qui défie les codes d’une littérature dite féminine, émergente à l’époque. Ses poèmes sont emplis de figures décadentes et révoltées, où les genres se brouillent. Ce sont pour beaucoup des odes à la volupté, aux amoures et aux femmes. Plus que de se conformer au genre saphique qui fleurissait à l’époque, elle déploie sa propre mythologie féminine, invoquant Sappho et sa société de femmes à Mytilène, en miroir à la société cosmopolite, regroupée autour de Natalie Barney, qu’elle fréquente.
Aujourd’hui, quelques traces subsistent, comme la place Renée Vivien dans le Marais, son buste exposé au Musée Rodin, le chapitre qui lui est dédié dans Le pur et l’impur de Colette ou encore l’évocation de son obsession pour les violettes dans la chanson Monocle et Col dur interprétée par Juliette.
Aussi, Renée Vivien, qui redoutait moins la mort que l’oubli, n’a-t-elle pas fini de nous envoûter par la musicalité de ses songes. Pauline Paris leur donne une voix.

Pauline PARIS est autrice-compositrice-interprète dans le domaine de la chanson française. Elle a sorti trois albums - Sans sucre s’il vous plaît (2006), Le grand jeu (2009), Carrousel (2016). Elle partage notamment l’affiche avec Simon Bensa dans le spectacle jeune public Marlaguette qui se joue en ce moment au Théâtre Le Lucernaire. Pluridisciplinaire, elle s’intéresse aussi à la musique de film, à la radio et à la poésie. Grâce à Hélène Hazera qui lui a fait découvrir Renée Vivien, Pauline met en chansons ses poèmes. www.paulineparis.com

Elisa FRANTZ est illustratrice et graphiste freelance. Elle crée sous le label made in frantz des identités graphiques et des supports de communication destinés tant au web qu’au print en ayant recours à des outils tels que l’encre, l’aquarelle ou la gravure. Soucieuse de la mémoire féministe, elle illustre l’article Paroles féministes Plurielles dans la revue Point[s] d’accroche. Elle participe notamment au Festival Zinzinc qui rassemble des croquistes et musicien.nes itinérant.es dans les bistrots du XXème. www.madeinfrantz.com

Nicole G. ALBERT est docteure ès lettres, chercheuse indépendante et traductrice. Elle a publié Saphisme et Décadence dans Paris fin-de-siècle (2005), réédité en anglais dans une version revue et augmentée, sous le titre Lesbian Decadence. Representations in art and literature of fin-de-siècle France (2016). Outre de nombreux articles sur l’homosexualité en littérature et les écrivaines « Belle Epoque », elle a dirigé un ouvrage collectif, Renée Vivien à rebours, en 2009, pour le centenaire de la mort de la poétesse, et coordonné, la même année, une journée d’étude, « Renée Vivien, une femme de lettres entre deux siècles (1877-1909) », dont les actes ont été publiés en 2012. Depuis une dizaine d’années, elle participe, en collaboration avec les éditions ErosOnyx, à la redécouverte de l’œuvre de Renée Vivien : elle a préfacé la réédition des Poèmes 1901-1910 (2009), établi l’édition critique d’un inédit de jeunesse, Le Langage des fleurs (2012) ainsi que l’édition critique bilingue de Le Cygne noir/The One Black Swan (2018).

Retour