Rendez-vous

© Violette and Co

Tous droits réservés

mercredi 13 octobre 2021

Rencontre avec PAULINE CLOCHEC et EMMANUEL BEAUBATIE pour le livre "Matérialismes trans" - 19h

Cet ouvrage collectif (éditions Hystériques & AssociéEs) coordonné par Pauline Clochec et Noémie Grunenwald rend compte de la journée d’étude qui a eu lieu à l’ENS de Lyon, le 30 mars 2019

Refusant la réduction des réalités trans à des questions d’identité, cet ouvrage assume une perspective féministe matérialiste : il s’agit d’aborder les conditions sociales des personnes trans, leurs positions dans les rapports sociaux de sexe, de race et de classe, ainsi que leurs inscriptions dans les mouvements féministes. Diverses par leurs thèses et leurs ancrages disciplinaires, ces contributions se rejoignent par leur exigence de tenir ensemble élaboration théorique et engagement militant pour repenser en profondeur les problématiques et les luttes trans et féministes.

Y ont participé, outre Pauline Clochec, Noémie Grunenwald et Emmanuel Beaubatie : Séverine Batteux, Constance Lefebvre, Joao Gabriel, Karl Ponthieux Sern & Eli Bromley, Philippa Arpin.

Pauline Clochec, normalienne, agrégée et doctoresse en philosophie, est spécialiste de philosophie allemande et plus largement de philosophie sociale et politique, ainsi que de philosophie féministe. Elle est l’autrice de la thèse Marx jeune hégélien, 1841-1844, et a publié des traductions commentées de Kant, Engels, ainsi qu’en 2018 Pour lire L’essence du christianisme de Feuerbach. Elle est maîtresse de conférences en philosophie à l’université de Picardie-Jules Verne.

Emmanuel Beaubatie est sociologue et mène des recherches dans les champs du genre, de la sexualité et de la santé. Il est l’auteur d’une thèse intitulée « Transfuges de sexe. Genre, santé et sexualité dans le parcours d’hommes et de femmes trans’ en France », qui reçoit, en 2018, le Prix de Thèse du GIS-Institut du genre1 et du Défenseur des droits t a été publiée cette année aux éditions La Découverte. Il collabore avec l’INSERM, l’INED, l’EHESS et l’Université de Genève.

Retour