Rendez-vous

© Violette and Co

Tous droits réservés

dimanche 9 novembre 2014

Lancement de la revue internationale Hysteria #4 en présence de ASHLEY BOHRER, FANNIE SOSA et du collectif G.A.R.C.E.S - 17h30

Hysteria est une revue anglophone, mais la rencontre se déroulera en français.

Dans l’optique de ré-intégrer des voix occultés au sein du débat féministe, un groupe de jeunes féministes/femmes de la SOAS (School of Oriental and African Studies), à Londres, a fondé le magazine Hysteria. Ce nouveau numéro d’Hysteria est centré autour du thème de l’”antagonisme” et contient des contributions d’auteures réputées telles que Julie Umerle, Zanele Muholi, Chi Peng, Agata Cardoso, Kisrten Justensen ainsi que Sarah Wilson, par exemple.

"Hysteria est une plate-forme féministe, une revue d’expression, d’expérience, de débats et d’art qui met en valeur le pluralisme des féminismes. Ainsi Hysteria fait voler en éclat l’idée que le féminisme appartiendrait à la classe moyenne blanche. Hysteria offre un espace aux féministes qui ose remettre en question le discours dominant dans la société. Hysteria a pour but de construire des ponts entre les diverses expressions du féminisme et de tisser des liens entre militantes, artistes et universitaires pour faire entendre les voix des courants les moins écoutés du féminisme."

Ashley Bohrer est une militante féministe, écrivaine, traductrice, doctorante vivant à Chicago. Elle a fait partie de plusieurs groupes dont FURIE (Féministes en résistance contre l’inégalité et l’exploitation), Occupy Chicago, Juifs pour la justice en Palestine, Campagne de solidarité pour les enseignants de Chicago et est l’une des fondatrices de la Coalition contre la privatisation de l’enseignement supérieur. Elle enseigne la philosophie à l’Université DePaul où elle est en doctorat.

Fannie Sosa est une militante féministe, anti-coloniale, musicienne, actrice et "twerker" qui utilise le théâtre, la danse, la musique, la performance et la vidéo dans son art. Les thèmes qui prévalent dans le corps de son travail sont les processus de marginalité dans un monde techno-scientifique, l’altérité, l’intersectionnalité et la sexualité.

G.A.R.C.E.S. est le collectif féministe de Sciences Po. "Notre comité veut s’opposer à l’idée trop répandue selon laquelle le féminisme serait un combat d’arrière-garde, totalement dépassé. Notre collectif trouve, en outre, sa légitimité parce qu’un certain féminisme s’est érigé en consensus. Puisque s’est instauré un féminisme de façade qui masque bien des réflexes et des logiques sexistes, cette lutte s’impose avec une nécessité accrue."

Retour