Rendez-vous

© Violette and Co

Tous droits réservés

dimanche 9 octobre 2016

L’association "Les Ami-es de Violette and Co" vous invite à un débat sur les femmes et le sport - 16h

Les femmes et le sport

Les derniers Jeux olympiques de Rio ont donné à voir, à lire et à entendre de nombreux clichés et stéréotypes sexistes. On se souvient par exemple de l’athlète américaine Corey Cogdell, médaillée de bronze à l’épreuve de ball-trap, saluée par le Chicago tribune, sans donner son nom mais en précisant qu’elle était « femme de sportif ». Ou encore de la nageuse hongroise Katinka Hosszu qui remporte une troisième médaille d’or : la chaîne américaine NBC précise que son mari et entraîneur est « la personne responsable de sa performance ».
On retiendra aussi, en vrac, ce journaliste qui qualifiait l’équipe féminine italienne de tir à l’arc de « trio delle cicciottelle » (« trio de grassouillettes ») ; ce commentaire, lors du match de rugby à 7, France – Etats-Unis : « Les Françaises sont beaucoup plus mignonnes, beaucoup plus féminines que les Américaines » ; ce journal argentin qui a publié un reportage sur les athlètes suédoises, intitulé « Las muñecas suecas » (« Les poupées suédoises ») en précisant que « les autres délégations ont, elles aussi leurs beautés. Mais les poupées suédoises ont capté l’attention de tous les yeux ». Sans oublier la nageuse américaine Katie Ledecky qui a battu le record du monde du 400 m nage libre et que le Figaro a qualifiée de « Phelps au féminin ». On n’oublie pas non plus cette série de photos publiées par Direct Matin et sobrement intitulée « Les 15 sportives les plus sexy des JO de Rio 2016 ».
Plus sérieusement, on se souvient qu’Anais Bohuon avait été invitée par la librairie Violette and Co à l’occasion de la sortie de son livre Le test de féminité dans les compétitions sportives. Une histoire classée X ? La réflexion concerne Dutee Chand, cette athlète indienne jugée pas assez femme, ou encore la Sud-Africaine Caster Semenya victorieuse sur le 800 mètres féminin qui a dû, alors qu’elle n’avait que 18 ans, se soumettre à des tests médicaux pour prouver qu’elle était bien une femme. On pourrait aussi évoquer la nageuse chinoise Fu Yuanhui qui a abordé la difficulté d’avoir ses règles pendant une compétition sportive…
Les Ami-e-s de Violette vous propose de venir discuter des représentations et de la place des femmes dans le sport en compagnie de représentantes des Dégommeuses, une équipe de foot mais aussi un groupe militant ayant vocation à lutter – dans le sport et par le sport – contre le sexisme, les LGBT-phobies et toutes les discriminations.

Retour